Daddy, à quoi tu joues ? #17 – Mirror’s Edge Catalyst

Mirror's Edge CatalystCela faisait depuis fin 2008 que nous attendions une suite à Mirror’s Edge, un FPS sans armes dans lequel l’héroïne parcourt les toits des buildings afin de convoyer des informations ou des objets.
C’est donc DICE (Battlefield) qui a repris les aventures de Faith pour enfin nous proposer Mirror’s Edge Catalyst, un reboot de la licence.
Puisque je viens de le terminer, voici mon avis à chaud !

Mirror’s Egde Catalyst

Faith, la jeune messagère sort tout juste de prison, mais elle est bien décidée à affronter le conglomérat oppressif de la ville de Glass dirigé par KrugerSec. Depuis que Kruger a ordonné le meurtre des parents de Faith alors qu’elle n’était que toute petite, la messagère n’aura de cesse de le poursuivre afin de faire tomber le régime qu’il a mis en place.

Le leitmotiv de Mirror’s Edge Catalyst est le parkour. Les joueurs passent leur temps à courir, sauter, glisser sur les toits de Glass afin de rejoindre les différentes missions proposées.
Comme dans tout monde ouvert, elles sont réparties un peu partout sur la carte. Les secondaires sont délivrées par des personnages ou des machines et sont basées sur la vitesse et la dextérité. Il y est important de trouver le chemin le plus court  et le plus rapide, car les buts à atteindre se ratent bien souvent à une poignée de secondes prêt.
Les missions de l’histoire, quant à elles, proposent surtout des parcours vertigineux entrecoupés de quelques bastons lors desquelles les talents d’arts martiaux de Faith sont mis en avant.

mirrorsedgecatalst_gc_web_screen_06_wallruncombat_wm

La jouabilité

Avec un jeu comme Mirror’s Edge Catalyst, qui demande précision et dextérité pour passer de passerelle en passerelle, pour courir sur les murs et glisser sous des conduits d’aération, je m’attendais à une maniabilité au taquet…
Eh bien non ! Malgré sa silhouette svelte, Faith est d’une lenteur… On a l’impression qu’elle a été lestée de plusieurs dizaines de kilos. Ce défaut n’aurait pas posé trop de problèmes s’il avait été seul, mais il est accompagné par un manque cruel de précision et une réaction aux commandes parfois hasardeuses. C’est donc trop souvent que je me suis retrouvé à tomber dans le vide juste parce qu’il n’y a pas eu de testeur de chez Electronic Arts capable de dire : « non, ce n’est pas possible, on ne peut pas sortir ça ! ».
Et puis il y a ces combats. Tous les mêmes une fois que l’on a compris comment venir à bout des rares ennemis (répartis en seulement 5 catégories).
Et pour en finir avec la jouabilité, bien qu’en monde ouvert, la ville est assez petite, on tourne très vite en rond et on s’ennuie rapidement… En effet, si je n’avais pas eu à finir Mirror’s Edge Catalyst pour rédiger ce test, je ne me serais sans doute pas embêté à aller au bout de la dizaine d’heures de son scénario.

Les graphismes

Graphiquement la copie n’est pas plus reluisante. Les décors sont vides, tout est blanc ou de couleurs froides… Les seules couleurs un peu vives qui viennent attirer l’œil sont là pour indiquer un passage ou l’importance d’un bâtiment. Malgré tout, les principaux personnages sont bien réalisés, leurs animations faciales sont dignes de ce que l’on peut voir actuellement sur consoles et PC. Mais les buildings sont désespérément vides et quand on a la chance de voir de la vie humaine à travers les fenêtres, nous n’avons droit qu’à des mannequins statiques, posés là par quelqu’un qui a dû se dire « tient, c’est peut être un peu vide ! Si on ajoutait des personnages moches et immobiles ? » On a même pas droit à quelques pigeons qui s’envoleraient sur notre passage…
Après on peut parler un peu technique aussi, avec un framerate stable et donc aucun ralentissement, mais Faith est si lente que ça ne se verrait même pas. Et puis ça scintille, ce n’est pas anti-aliasé… J’ai clairement le sentiment qu’il ne fallait pas faire durer le développement plus longtemps  et que EA a compté sur l’attente des joueurs pour vendre du Mirror’s Edge Catalyst par camions entiers malgré de grosses lacunes.

mirrorsedgecatalst_gc_web_screen_03_1pconstruction_wm

Mon avis

J’ai peu l’habitude de tacler un jeu de cette manière, mais là Electronic Arts et DICE n’ont même pas pris la peine de proposer un jeu qui ravirait les joueurs qui attendaient Mirror’s Edge Catalyst avec impatience. Pire même, on sent clairement l’intention d’engranger un maximum d’argent avec un minimum d’efforts. Pour preuve, ce collector à 150 € sans le jeu !!!!! Donc pour avoir une statuette (magnifique), un Steelbook exclusif (mais bien sûr !), quelques cartes postales, deux tatouages temporaires (gros LOL !) et le jeu il faut sortir 220 € !!!!! Mais de qui se moque-t-on ????

Donc non, je ne conseille pas d’acheter Mirror’s Edge Catalyst maintenant. Si vous voulez vraiment le faire, attendez qu’il soit à 15 € en occaz. Voire mieux, gratuit avec les Games With Gold ou le PS+

Et vous ? A quoi avez-vous joué cette semaine ?

[amazon template=template&asin=B00DC3VE0M]

Mirror's Edge Catalyst
5.8/10
5.8/10
  • Jouabilité - 6/10
    6/10
  • Graphismes - 6/10
    6/10
  • Histoire - 6/10
    6/10
  • Durée de vie - 5/10
    5/10
  • Bande son - 6/10
    6/10

En résumé

Je suis extrêmement déçu par Mirror’s Edge Catalyst. Il est plus qu’évident qu’EA et DICE ont bâclé le travail afin de vite capitaliser sur le dos des joueurs. C’est bien dommage, car j’avais adoré le jeu sorti en 2008 et j’en espérais une suite digne de ses origines avec la technologie d’aujourd’hui.

mirrorsedgecatalst_phase1_web_screen_07_faith_vault_wallpaper_wm

Mirror's Edge Catalyst
5.8/10
5.8/10
  • Jouabilité - 6/10
    6/10
  • Graphismes - 6/10
    6/10
  • Histoire - 6/10
    6/10
  • Durée de vie - 5/10
    5/10
  • Bande son - 6/10
    6/10

En résumé

Je suis extrêmement déçu par Mirror’s Edge Catalyst. Il est plus qu’évident qu’EA et DICE ont bâclé le travail afin de vite capitaliser sur le dos des joueurs. C’est bien dommage, car j’avais adoré le jeu sorti en 2008 et j’en espérais une suite digne de ses origines avec la technologie d’aujourd’hui.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.