Daddy, à quoi tu joues ? #56 – Knack II

J’ai attendu quelques mois après la sortie de la PlayStation 4 avant de l’acheter. En effet, hormis Knack, aucun jeu ne me faisait envie. Ce n’est que lorsqu’inFamous: Second Son est arrivé que j’ai franchi le pas. Mais Knack, bien qu’étant un jeu du line-up de sortie, restait bien trop cher pour les critiques qu’il avait reçues. Alors j’ai attendu qu’il soit offert dans le cadre de mon abonnement au PlayStation Plus… Mais il n’a jamais franchi le pas.
Alors lorsque Sony m’a proposé de tester le second épisode, j’ai sauté sur l’occasion.

Knack II est un jeu d’aventure/plateforme dans lequel on évolue dans la peau d’un être un peu bizarre. En effet, Knack (prononcer « Nack ») a été conçu par un scientifique grâce à des gemmes de puissances. Ce petit être a la capacité d’absorber des gemmes trouvées un peu partout pour devenir plus grand et plus puissant. Il peut aussi s’en débarrasser à tout moment afin de retrouver sa taille initiale et se faufiler partout…

Knack II : il ne faut pas le prendre pour une saucisse

Après avoir vaincu le gobelin Gundahar dans le premier épisode, le jeune Lucas et son ami Knack voient la ville d’Oasis être mise à sac par une horde de robots plus gigantesques les uns que les autres.
Bien qu’il soit toujours accompagné par son ami humain, c’est bien Knack que nous prenons en mains afin de comprendre l’origine de cette invasion destructrice.

On enchaîne les phases de plateforme et les combats de manière régulière tout en passant par les différentes tailles que peut avoir Knack. Pour passer de niveau en niveau, notre héros possède la faculté de récupérer des cristaux de fer, de glace ou de la roche afin de résoudre des énigmes bien trop simples ou bien pour asséner des coups encore plus puissants aux nombreux ennemis qui lui font face.

Le panel de coups est assez varié, Knack pouvant taper avec ses poings et ses pieds, au sol ou en l’air, et gagner quelques pouvoirs supplémentaires au fur et à mesure de l’histoire. Un arbre de compétence permet également de rendre notre héros plus puissant.

La prise en main est assez bonne. On enchaîne assez facilement les coups, s’amusant à varier les plaisirs entre les pieds, les poings et autres attaques puissantes. Malheureusement, la caméra reste fixe et il n’est pas possible de la réorienter sois-même. Il n’est donc pas rare de rater sa cible ou de se faire bêtement tuer à cause d’un angle de vue mal foutu. C’est encore pire dans certaines phases de plateforme où l’on avance surtout au pif… Les chutes à cause de cette caméra fixe sont bien trop nombreuses.
Heureusement, les passages les plus délicats se passent grâce à des QTE. Cela évite des heures de prise de tête à avoir le bon timing et essayer de tomber au millimètre. En revanche, ils sont trop prévisibles et ne font pas vibrer de plaisir. On est bien loin des ténors du genre.

Graphiquement, Knack II convient parfaitement à ma Grande Recrue, qui joue essentiellement sur 3DS ou Wii U. Mais il m’a fait saigner des yeux lors de ma première partie. En effet, la production de Mark Cerny n’est pas au niveau de ce que peut proposer la PS4 en 2017. Je dirais même qu’on dirait plus un jeu PS3…
Mais bon, comme je le dis souvent : qu’importent les graphismes, tant qu’on s’amuse ! Le problème, c’est qu’on ne s’amuse pas tant que cela. Plus le temps passe plus Knack II devient répétitif. Le scénario ne tient pas particulièrement en haleine et le doublage français est si peu convaincant, que les quelques traits d’humours des personnages tombent à plat…

Seul le mode coopération tire son épingle du jeu. Autant Knack II ne m’a pas emballé en solo, autant j’ai passé d’excellents moments à jouer en coop avec ma Grande Recrue. Chacun dérouille les ennemis avec son Knack dans son coin, mais quand un robot est un peu trop récalcitrant, on peut combiner nos attaques afin de lui faire mordre la poussière.
Malheureusement, la caméra fixe est encore pire en coopération qu’en solo, ça n’aide pas vraiment à s’éclater en duo.

Knack II : mon avis

Knack II n’est pas un mauvais jeu, j’ai déjà joué à bien pire. C’est juste qu’il n’est pas au niveau technique des productions actuelles. Il m’a permis de jouer en duo avec ma fille durant une dizaine d’heures, sans trop se prendre la tête (hormis avec cette ****** de caméra).
Grâce à son faible prix, le jeu pourra plaire aux enfants au skill intermédiaire, peu regardants sur les graphismes.

Prix: EUR 19,90
Ancien prix: EUR 39,99
J’aime Je n’aime pas
Le mode coop sympa à jouer avec un enfant Le scénario 
Le système d’indices pour les joueurs moins habitués Le level design mal fichu
Des combos assez variés La caméra fixe 
Graphiquement pas au niveau

Knack II
6/10
6/10
  • Scénario - 5/10
    5/10
  • Graphismes - 4/10
    4/10
  • Prise en main - 7/10
    7/10
  • Bande son - 6/10
    6/10
  • Durée de vie - 6/10
    6/10

En résumé

Knack II est à réserver à un jeune public d’un niveau intermédiaire et peu regardant sur les graphismes. Les joueurs plus aguerris trouverons que cette exclusivité à la PlayStation 4 n’est clairement pas au niveau des productions de cette fin d’année 2017.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.