Daddy, à quoi tu joues ? #60 – La Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre

Quand on est fan du Seigneur des Anneaux (le bouquin hein !) et de jeu vidéo, il est difficile de passer à côté de La Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre. En effet, le premier épisode, La Terre du Milieu: L’Ombre du Mordor, a été une excellente surprise lors de sa sortie en 2014. Sa suite était donc attendue avec impatience et on avait hâte de voir comment Monolith avait exploité le monde de Tolkien.
Après de nombreuses heures à ne pas pouvoir/vouloir poser la manette, voici mon avis…

Talion le rôdeur du Gondor et Celebrimbor le forgeron elfique ont toujours pour objectif d’aller botter l’arrière-train de Sauron. Afin d’atteindre leur objectif, ils forgent un nouvel anneau de pouvoir. Mais le Roi Sorcier et les Nazgûl se mettent en travers de leur chemin…

La Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre – Soumission d’Uruks

Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre est un mélange de plusieurs types de jeux. On y retrouve une grande part de beat’em up à la troisième personne, de RPG pour le loot et l’arbre de compétences, et de stratégie militaire.
Dans un premier temps, lorsqu’on arrive dans l’une des cinq régions à conquérir, il s’agit d’en affaiblir le chef suprême en tuant ou recrutant ses capitaines et chefs de guerre. Pour cela, ce n’est pas bien compliqué, il suffit de regarder sur la carte où se trouvent les orcs qui ont des renseignements à soutirer puis de les utiliser pour connaître les faiblesses des capitaines. On peut donc s’équiper, ou non, en fonction de ces indices afin de bénéficier de coups empoisonnés ou enflammant pour réduire plus rapidement la santé des chefs ennemis.
Une fois affaiblis, on peut les soumettre et en faire des gardes du corps pour notre héros ou bien les envoyer espionner ou tuer d’autres chefs de guerre.
Pour arriver à nos fins, nous avons la possibilité d’appeler des soldats ou un garde du corps en renfort et même chevaucher une bête destructrice.
À chaque ennemi tué ou soumis et lorsqu’un objectif est atteint, on gagne en expérience, en point de compétence et en armement. On peut donc améliorer nos pouvoirs et autres attributs pour rendre Talion encore plus puissant.

Une fois les capitaines ralliés à notre cause, il est temps d’attaquer la forteresse locale où se cache le chef suprême de la région. On peut attribuer, moyennant finance, des bêtes de siège ou une cavalerie à nos chefs de guerre afin d’affaiblir rapidement les défenses de la place forte.
Il suffit par la suite d’aller conquérir quelques zones à la manière d’un capture the flag avant de pouvoir aller défier le « boss ».
Ce combat, loin d’être épique et plaisant, n’offre la seule satisfaction d’avoir enfin conquis une région…

Enfin, il s’agit de bien choisir le nouveau chef suprême parmi nos troupes, car il aura pour charge de défendre la région en notre absence. En effet, les orcs sont une espèce belliqueuse et le chef ne reste pas longtemps sur son trône s’il n’a pas bien su s’entourer. Les trahisons et autres coups bas sont légion !

La Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre – Loot ! Loot ! Loot !

Comme dit plus haut, dans Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre il est important de bien s’équiper et de bien s’entourer – s’il est possible de s’imaginer être bien entouré avec des orcs
Pour cela, il y a les micro-transactions ! On peut donc ramasser autant d’équipement que possible, recruter autant des capitaines qu’on le souhaite, mais on reste toujours très, voire trop, limités. En effet, après un acte I qui sert de tuto et un acte II long et répétitif, on se retrouve dans un final où toutes nos forteresses sont attaquées et, même si on a entraîné nos troupes, il va être compliqué de s’en sortir sans mettre la main au porte-feuille.

Bien évidemment, on peut très bien se passer de ces achats in-game, mais c’est la prise de tête assurée. Alors quand on a passé 40 à 60 heures à conquérir des forteresses et préparer son armée et voir qu’on est toujours pas assez puissant, ça fout les boules. Quand, en plus, on essaye désespérément de monter de niveau de nos chefs de guerre et que ceux-ci dépassent celui de Talion, ils refusent de nous obéir (bah oui, il faut avoir un level supérieur à celui d’un orc pour le dominer), bah on a carrément envie de balancer la manette et abandonner le jeu !
Donc oui, on a bien gagné un peu d’or pour acheter quelques coffres dans le « Marché », on y récupère de puissants alliés et quelques armes de bon niveau, mais c’est bien insuffisant pour s’assurer la victoire. Cet or est évidemment distribué en très petite quantité et je ne peux donc m’empêcher de penser que les développeurs se sont arrangés pour que l’on passe par la case « file-moi ton pognon si tu veux gagner ». C’est très frustrant !

Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre : ils n’en Sauron rien !

Parlons un peu de Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre manette en main.
Au début, tout va bien. Les coups s’enchaînent bien, on apprend à se servir des pouvoirs avec plaisir, mais ça devient rapidement brouillon. On se retrouve très vite face à des capitaines au niveau dix ou quinze fois supérieur à celui de notre héros. Cela ne poserait pas plus de problèmes que ça s’il était seul… Mais non ! Il est généralement entouré d’une quinzaine de sbires de toute sorte, sans compter ces salopards qui nous shootent à l’arc ou à la lance à distance. On tambourine alors la manette en désespoir de cause, espérant que nos coups atteindront le chef et que l’on arrivera à le tuer. Oui en espérant, car la cible des exécutions est aléatoire, on ne va pas forcément tuer l’orque qui est directement devant nous, parfois notre personnage ira hors écran pour mettre un terme à la vie d’un ennemi…

C’est un peu pareil lorsque l’on tente de se déplacer rapidement sur la carte. En effet, Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre souffre des mêmes défauts que les premiers jeux Assassin’s Creed. L’automatisation du gameplay fait que Talion saute parfois sur un mur alors qu’on ne lui a rien demandé ou il se retrouve bloqué sans raison derrière un petit obstacle sans réussir à le franchir… Les exécutions et les dominations furtives sont aussi très aléatoires, notamment lorsqu’elles sont faites à distance. En effet, il n’est pas rare que Talion se trompe de cible et, de ce fait, se dévoile bêtement aux yeux ennemis.

Enfin, mention spéciale aux phases de jeux à dos de Drake (un dragon). C’est limite injouable ! Je me demande comment les développeurs ont pu laisser de telles lacunes de gameplay avant de sortir leur jeu…

Graphiquement, Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre n’est pas fou, mais honorable pour un monde ouvert. J’attends de voir à quoi il ressemblera une fois sur Xbox One X, puisqu’il est optimisé pour la nouvelle console de Microsoft (sortie le 7 novembre).

En revanche, les musiques sont excellentes ! J’aimerai me procurer la BO pour en profiter à tout moment. Malheureusement, les doublages manquent d’un vrai jeu d’acteur, ça s’entend cruellement. Les dialogues sont plats et les orcs ont tendance à ressortir les mêmes phrases.

Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre : mon avis

J’ai du mal à dire si j’ai aimé ou pas Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre. J’ai pris beaucoup de plaisir à jouer les 30/40 premières heures, mais l’ennui s’est ensuite installé. On refait toujours la même chose, dans le même ordre…
Et puis vient le final. Ce moment où tu te demandes ce que tu as bien pu venir faire dans cette galère…
Ce jeu aurait pu être très bon, si on n’avait pas eu ces foutues micro-transactions aussi importantes ! Même avec un Talion bien monté en level on se voit se prendre la tête pour un chef de guerre trop peu entraîné…

Devez-vous acheter Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre ? S’il est à 70 €, je vous dis non. En revanche, pourquoi pas quand il sera à 20/30 € et que vous n’aurez pas mieux à faire.

ATTENTION PARENTS !!!!

Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre est gore. Même si le sang des orcs est noir, ils se font démembrer à loisir par Talion, dévorer par des bêtes et j’en passe. Je le déconseille fortement à un public trop jeune qui pourrait en faire des cauchemars.

J’aime Je n’aime pas
Des sièges de forteresse très sympa à jouer Des micro-transactions (presque) obligatoires pour finir le jeu sans s’arracher les cheveux
La préparation des sièges en amont Les combats contre les chefs suprêmes et les boss sans saveurs
Des musiques épiques Un doublage peu convaiquant
Le plaisir de se plonger dans l’univers du Seigneur des Anneaux Le final à s’arracher les cheveux
Un scénario un peu léger dans un univers si complexe

Terre du Milieu: L'Ombre de la Guerre
5/10
5/10

En résumé

Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre aurait pu être un bon jeu si les développeurs n’avaient eu l’ombre du profit en tête. Les micro-transactions sont bien trop importantes pour réussir à supporter l’acte final tant il a été pensé pour nous faire dépenser encore plus d’argent. On s’amuse vraiment pensant 20 à 30 heures, puis la lassitude gagne… Si vous voulez vraiment faire Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre, attendez qu’il soit pas cher ou en occasion.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

2 Comments

  1. martial morelle 20 octobre 2017
  2. Jerome 20 octobre 2017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.