Daddy, à quoi tu joues ? #62 – South Park : L’Annale du Destin

Il y a des jeux comme ça, on les attend, sans les attendre, tout en les attendant. South Park : L’Annale du Destin en fait partie. J’ai toujours adoré la série de dessins animés South Park, mais j’ai lâché depuis bien longtemps à cause des enfants et d’une non-diffusion sur des réseaux tels que Netflix.
Mais qu’importe, me plonger dans le jeu d’Ubisoft m’a rappelé d’excellents souvenirs. En voici d’ailleurs mon avis…

À peine ont-ils achevé leur quête du Bâton de la vérité, la bande de Cartman, Stan, Kyle et Kenny doit faire face à de nouveaux dangers. Cette fois-ci, un caïd tente de rallier tous les criminels de South Park. En même temps, la ville est confrontée à une vague de disparitions de chats inquiétantes. Les deux affaires seraient-elles liées ?
C’est ce que vont devoir découvrir le Coon et sa Bande ainsi que les Potes de la Liberté, qui seront accompagnés par un nouveau dans la ville : Trouduc ! Ou Le Nouveau, si vous préférez…

South Park : L’Annale du Destin – Trouduc s’en va en guerre

Non, Trouduc n’est pas un nom inventé au hasard par le Coon pour rabaisser Le Nouveau. En effet, c’est grâce à son cul que ce nouvel arrivant dans la bande possède des pouvoirs de super héros inédits. Oui, Trouduc pète pour occire ou dégoûter ses ennemis, mais aussi afin de déclencher les super pouvoirs de ses acolytes.

Nous contrôlons notre jeu héros comme si nous étions dans un épisode de South Park. Les graphismes, je devrais même dire les dessins, sont identiques à la série et on y retrouve ses personnages principaux.
L’ensemble de l’intrigue se joue dans la ville, sur trois routes principales et quelques chemins de traverse. La totalité des bâtiments y sont visitables, parfois pour l’histoire, mais aussi afin de dénicher un maximum de collectibles pour le déblocage des Trophées/Succès.

On commence l’aventure en créant notre personnage : visage, cheveux et leur couleur et… couleur de peau. Ce dernier choix est très important, car il détermine la difficulté du jeu. Plus votre peau est foncée, plus South Park : L’Annale du Destin sera dur. N’y voyez surtout là une forme de racisme, c’est justement afin de dénoncer le fait que tout soit plus compliqué pour les non-blancs aux États-Unis que Trey Parker et Matt Stone on choisi ce paramètre qui nous dépasse un peu, nous européens. D’ailleurs, c’est au court du scénario ou de missions annexes que l’on découvre l’envie des créateurs de la série de dénoncer l’intolérance des Américains envers les gens « différents » – noirs, arabes, juifs, gays, transsexuels…

Une fois notre jeune héros ou héroïne créé(e), c’est à ses pouvoirs de superhéros qu’il faut s’attaquer. Seulement quatre catégories sont disponibles au début de l’aventure. Les autres se débloquent plus tard dans l’histoire et il sera possible d’en équiper quatre afin de pouvoir faire face à tout type d’ennemis. Leur incidence sur le jeu est assez faible, ils permettent juste de déterminer quelles caractéristiques physiques et mentales notre personnage possédera (Muscles, cervelle, cran, Santé et déplacement).

Viennent ensuite les artefacts, des objets à trouver, gagner ou concevoir. Ils permettent d’améliorer les stats de notre héros, et de son équipe, en les attribuant à des réceptacles qui se débloquent au fur et à mesure.

South Park : L’Annale du Destin – Trouduc pète le feu !

Les combats de South Park : L’Annale du Destin se jouent comme un tactical RPG. On dispose d’une équipe composée d’un à quatre héros/héroïnes confrontée à un nombre indéfini d’ennemis. On joue au tout par tour et ce sont les capacités de chacun, mais aussi les bonus/malus obtenus lors du combat, qui déterminent les places.
Il suffit ensuite de choisir le pouvoir de notre personnage et son adversaire pour qu’il l’attaque. Au fil du combat, une jauge de super se remplit grâce aux coups portés et reçus, elle permet d’utiliser un super pouvoir d’attaque ou de soutien de l’un de nos héros.
Il est aussi possible de faire une invocation et donc se faire aider le temps d’une super attaque par l’un des personnages du jeu : Ned et Jimbo, Moïse ou encore Gerald Broflovski.
Enfin, les pets de Trouduc sont une arme indispensable. En effet, non seulement il peut lancer des attaques dévastatrices avec son cul, mais ses prouts lui permettent d’annuler une attaque adverse, d’arrêter le temps ou de l’accélérer.

Ses gaz malodorants ne lui servent pas uniquement à combattre. Grâce à ces flatulences, il peut aussi activer les pouvoirs de l’Homme Cerf-Volant, Capitaine Diabète, Professeur Chaos et Boîte à Outils afin de débloquer des passages ou accéder à des plateformes en hauteur.

South Park : L’Annale du Destin – Oh mon Dieu, ils ont tué les doubleurs !

Je ne pouvais pas terminer ce test par un coup de gueule. Je ne suis pas allé voir ce qu’il s’est dit sur les autres sites, je ne sais donc pas ce qu’ils pensent du fait qu’Ubisoft a déconné sévère.
Je m’explique pour ceux qui n’ont pas suivi : lors de l’annonce de South Park : L’Annale du Destin, l’éditeur avait proclamé haut et fort que les doubleurs officiels participaient au projet. Le manque de doublage officiel français a été un suffisamment reproché à Ubisoft pour South Park : le Bâton de la Vérité, qu’il fallait que l’Annale du Destin soit parfait à ce sujet. Il faut dire que, comme pour les Simpson, la France est le pays qui possède les meilleurs doublages au monde pour South Park.
Malheureusement, ce n’est que quelques jours avant la sortie du jeu que l’éditeur a annoncé que les voix françaises ne seraient pas les mêmes que dans la série. La déception des fans a été grande, la mienne aussi. Malgré tout, on se fait au « nouveau » doublage et, au pire, on peut toujours changer les paramètres de langues pour passer le jeu en anglais…

Mis à part cela, la bande-son est sublime, épique et parodique, digne des plus grandes épopées vidéoludiques. Graphiquement on est dans le dessin animé… La copie est quasi parfaite.

South Park : L’Annale du Destin – Mon avis

South Park : L’Annale du Destin c’est 30 heures de jeu que je n’ai pas vues passer. Construit tel un épisode de la série, il se vit tranquillement, sans grosses prises de tête (à un niveau intermédiaire) et 29 Succès débloqués sur 35 sans forcer. Il est préférable d’apprécier la série pour en profiter à fond, notamment avec les nombreux personnages récurrents qui apparaissent en guest stars, mais surtout pour son humour très scato et ses gros mots à outrance.
Mais, même si vous êtes peu familier avec South Park, c’est un très bon jeu à faire lorsque vous aurez quelques jours devant vous.

ATTENTION PARENTS !!!!!!!!

Bien qu’il ressemble à un dessin animé, South Park : L’Annale du Destin est : bourré de (très) gros mots, de sang qui gicle, de monstres et… de prouts ! Son classement PEGI 18 n’est pas usurpé, il n’est donc pas à mettre entre toutes les mains. Surtout les plus jeunes !

J’aime Je n’aime pas
South Park ! Pas de doublage officiel en Français
Les personnages ! Manque d’un peu de rythme
Les multiples costumes et artefacts à récupérer Quelques problèmes au niveau de l’IA
Les différentes classes de héros
La bande-son géniale !

South Park : L'Annale du Destin
8/10
8/10
  • - 8/10
    8/10

En résumé

30 heures de jeu dans le monde délirant du Coon et de ses acolytes, que demander de plus à South Park : L’Annale du Destin ? Du fun, du scato, des gros mots et un humour grinçant font que l’on vit ce jeu tel un épisode de la série. Seule ombre au tableau : l’absence des doubleurs officiels pour la version française. Ça choque un peu au début, mais on s’y fait.
South Park : L’Annale du Destin n’est peut-être pas une priorité en cette fin d’année chargée, mais il mérite largement que l’on s’y attarde. D’ailleurs, j’y retourne ! J’ai encore des Succès à débloquer…

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 11, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.