Daddy, à quoi tu joues ? #68 – Super Lucky’s Tale

À l’heure des Call of pan pan t’es mort et autres Mario, Assassin’s Creed, j’ai découvert un petit jeu bien sympathique : Super Lucky’s Tale. Cette exclusivité Xbox One m’a été présentée à la Paris Games Week sur le stand de Microsoft et j’ai succombé à son charme. C’est donc sans hésitation que j’ai souhaité en réaliser un test.
Voici donc mon avis…

Lucky est un petit renard dont la famille est chargée de garder et protéger le Livre des Âges, mais Jinx et sa famille de matous malfaisants – les Mistigris – ont décidé de s’emparer du précieux manuscrit.
Le livre ne voulant pas se laisser faire, il aspira notre héros et ses ennemis qui se retrouvèrent plongés dans des mondes étranges…

Super Lucky’s Tale – Maître Renard, par l’odeur alléché…

Notre petit renard se retrouve donc face à une tâche bien compliquée : parcourir cinq mondes à la poursuite des Mistigris afin de s’échapper du Livre des Âges et mettre fin aux terribles desseins de Jinx. Pour cela, il va devoir récupérer des trèfles à quatre feuilles – qui servent de clés – dans chacun des niveaux afin d’ouvrir l’accès à d’autres lieux, puis au boss.

Super Lucky’s Tale est un jeu de plateforme, il est donc composé de zones dans lequel la capacité de sauter de notre héros sera mise à rude épreuve, mais il est également capable de creuser des tunnels et de se déplacer sous le sol. Grâce à ces deux uniques capacités, Lucky est capable de partir à la chasse aux trèfles pour arriver au terme du jeu…

Il y a quatre objectifs à réaliser afin de finir un niveau à 100 % : terminer la zone, récupérer les lettres qui composent le nom « LUCKY« , récupérer 300 pièces ou plus et réaliser une action particulière dans un niveau caché – généralement récupérer des pièces colorées en un temps très limité. Plus notre compteur de trèfles augmente, plus on peut avancer dans le jeu…

Super Lucky’s Tale – Rusé comme un renard ?

Super Lucky’s Tale est un mix de Mario 64, Banjo & Kazooie ou encore Crash Bandicoot, c’est flagrant dès le premier regard. Malheureusement, il ne leur arrive pas à la cheville. En effet, le jeu souffre de nombreux défauts.
Il n’est pas possible de placer la caméra à notre guise, c’est parfois gênant lors de passages délicats, il arrive même de mourir bêtement en chutant dans le vide alors que l’on se trouve dans le HUB d’un monde et qu’aucun danger ne rôde aux alentours… Les sauts s’en trouvent délicats et on se retrouve bien souvent à ne pas savoir où notre renard va poser ses pattes. Le plus agaçant, c’est en présence d’ennemis volant. Puisqu’il est indispensable de leur sauter sur la tête, il est fréquent de perdre de la vie, voire même une vie tout court, en essayant de les tuer.
C’est très frustrant.

Graphiquement, Super Lucky’s Tale est joli à regarder, bien que très épuré et enfantin. Le fait que je joue sur Xbox One X n’est surement pas étranger à la finesse des graphismes, mais je doute qu’il soit moins beau sur les versions précédentes de la console. Je n’ai constaté aucun ralentissement ni défaut technique, l’expérience de jeu est visuellement assez agréable et très colorée.

Du côté de la bande-son, les musiques sont sympathiques, même s’il n’y a pas de quoi casser cinq pattes à un renard. Elles habillent bien le jeu, sans fausses notes. Pour ce qui est des doublages, seuls Lucky et sa sœur ont eu la change d’avoir le droit de parler, les autres protagonistes se contentant d’onomatopées.
Le seul gros bug que j’ai eu dans Super Lucky’s Tale concerne justement le son. Après avoir voulu prendre une capture d’écran, ce que je fais pour illustrer chacun de mes tests, je me suis retrouvé sans son. Pouf, plus rien ! Il a fallu que je fasse un hard reboot à la console pour enfin rejouer avec les musiques et bruitages.

Super Lucky’s Tale – Mon avis

C’est donc la première fois que je débloque les 1000 G de Succès d’un jeu avant d’écrire mon test. J’ai obtenu 92 trèfles sur les 99 que compte le jeu sur mon premier run. Et sans forcer !
J’ai donc fini le jeu à 100 % en environ huit/dix heures grand maximum.
Mais j’ai pris beaucoup de plaisir à y jouer, ma Grande Recrue me l’a aussi piqué et elle adore. Super Lucky’s Tale  est bon un petit jeu à pas très cher et c’est très bien ainsi. Il est juste dommage que la rejouabilité soit nulle pour moi, mais je sais que ma fille va y passer bien plus de temps que moi. Eh ouais, elle n’a pas le skill de son papa ! 😜
Super Lucky’s Tale est surtout à conseiller aux enfants pour qu’ils se fassent la main sur un jeu de plateformes avant de passer à des titres plus difficiles…

J’aime Je n’aime pas
Un jeu accessible, sans trop de prises de tête… … Mais à la jouabilité parfois imprécise
Lucky, une renard tout mignon Un flagrant manque d’originalité
Une prise en main simple et immédiate Trop facile pour un joueur aguerri
Un joli monde coloré La caméra parfois insupportable 

Super Lucky's Tale
7.5/10
7.5/10
  • - 7.5/10
    7.5/10

En résumé

Super Lucky’s Tale est avant tout à réserver aux enfants, il est bien trop facile pour des joueurs chevronnés. Mais il est un moyen facile et rapide de récupérer les 1000 G de Succès. Vu son petit prix, ce serait dommage de passer à côté.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.