Daddy, à quoi tu joues ? # 73 – Monster Energy Supercross

Je n’ai jamais été un grand fan de moto, mais j’ai toujours adoré jouer aux jeux de course de deux roues, notamment lorsqu’il s’agit de motocross. J’ai donc sauté sur l’occasion d’essayer Monster Energy Supercross à la Paris Games Week et de le tester plus en profondeur durant les vacances de février…
Voici donc mon avis…

Pour tous ceux qui ne connaissent pas le Supercross, il s’agit de courses de moto dans des stades gigantesques.
Le studio Milestone a donc été chargé d’utiliser la licence du championnat Monster Energy Supercross 2017 pour nous proposer un jeu dont le genre fait cruellement défaut sur nos consoles…

Monster Energy Supercross – On dirait que ça te gêne de marcher dans la boue !

Avant toute chose, je tiens à mettre en avant quelque chose d’important : je m’attendais à voir un jeu visuellement à la ramasse, avec des ralentissements et autres bugs, mais que nenni. Graphiquement, Monster Energy Supercross est assez photoréaliste, donc agréable à regarder. Les bugs sont également aux abonnés absents, ce qui est assez rare pour le souligner.

Bon, ça c’est pour ce qui concerne les courses, c’est bien moins sympa lorsqu’il faut se créer un avatar. Le nombre de visages, de coiffures et de pilosités est très limité. Les visages des différents protagonistes ne sont pas vraiment au top. Heureusement qu’ils portent des casques !
On peut également choisir parmi les différentes marques de motos engagées dans la compétition, j’ai ainsi appris que Husqvarna ne fait pas seulement des tondeuses à gazon… Chaque écurie possède sa propre couleur et ce sont les différents contrats de sponsoring qui feront le look de notre monture.

Une fois notre double virtuel créé, et son Trophée/Succès débloqué, on est prêt à se lancer sur les 17 circuits officiels ou dans l’éditeur de circuits.
Le mode carrière permet de participer aux championnats 250 et 450 cc, avec les conférences est et ouest, et ainsi d’affronter tous les pilotes du Monster Energy Supercross 2017.
Malheureusement, il manque un petit quelque chose pour donner un minium d’intérêt à Monster Energy Supercross. En effet, le mode carrière est assez ennuyeux et trop peu rythmé par des cinématiques. On se force presque à enchaîner les victoires sur chacun des circuits afin de débloquer le Trophée/Succès qui vient avec chaque première place sur un circuit (que la première fois, hein !). Il est clair que ce jeu manque d’un brin de folie…
Il faut dire que l’IA est particulièrement agaçante. Les pilotes adverses sont comme sur un rail et suivent une trajectoire prédéfinie en fonction du niveau de difficulté. Il leur sera donc égal de vous foncer dedans ou de vous atterrir sur la tête en vous pénalisant d’une magnifique chute…

Puis il y a la jouabilité de Monster Energy Supercross
J’avais fait remarquer aux développeurs présents sur le stand de la Paris Games Week que les sensations de conduite étaient étranges, que je ne retrouvais pas l’inertie de ma moto. On m’avait répondu que tout serait corrigé dans la version finale.
Alors oui, la moto semble plus lourde et donne moins l’impression de voler. Mais je n’ai toujours pas pu gérer mes atterrissages autrement qu’en accélérant ou ralentissant avant un saut. Je n’ai pas eu la possibilité d’incliner ma monture afin de toucher terre de manière plus douce…
De plus, les roues crantées ne creusent pas d’ornières dans les virages, ce qui limite considérablement l’accroche, notamment lorsque le terrain est boueux…
Passons également les whoops, qui sont pourtant des zones importantes dans les courses. La moto les survole, sans aucun effort de notre part… Et puis il y a les bottes de paille qui restent au milieu de la piste, l’impossibilité d’être en tête au premier virage (on part toujours de la ligne extérieure, donc on a aucune chance…), et j’en passe.

Monster Energy Supercross – Mon avis

J’ai pris du plaisir à jouer à Monster Energy Supercross, surtout lorsqu’un ami est passé et que l’on s’est fait quelques parties à deux. Mais cela n’empêche pas d’avoir une énorme sensation de gâchis.
Avec un peu plus de temps, ou de budget, les développeurs auraient surement pu ajouter quelques options et travailler sur la physique des motos. Avoir la possibilité de faire des figures, même simples, lors des sauts aurait été sympa…
Enfin bref, Monster Energy Supercross n’est pas un mauvais jeu, surtout si vous avez des enfants qui aiment tout ce qui possède des roues et un moteur. J’ai regretté que mon Petit Bonhomme soit trop jeune pour l’essayer, mais il a été ravi de me regarder jouer. Pour ma part, j’aurais aimé qu’un grain de folie soit ajouté afin que Monster Energy Supercross ne reste pas coincé entre la simulation et l’arcade sans savoir choisir son camp.

Produits disponibles sur Amazon.fr

J’aime Je n’aime pas
Assez joli à regarder Assez compliqué à prendre en main
Les épreuves officielles du Monster Energy Supercross Des temps de chargement longs… 
L’éditeur de circuits L’IA complètement à la ramasse
Assez fun avec un pote Un mode carrière ennuyeux
Ça manque de contenu tout ça…

6/10
6/10
  • Monster Energy Supercross - 6/10
    6/10

En résumé

En jouant à Monster Energy Supercross, on ressent le manque cruel de budget ou de temps. Ce n’est pas un mauvais jeu, bien au contraire, mais il manque ce grain de folie, ce petit quelque chose qui donne envie de prolonger l’expérience… A réserver aux fans du genre ou aux enfants en manque de jeux de moto.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 11, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.