Daddy, à quoi tu joues ? #109 – F1 2019

Ayant testé et adoré F1 2018, je ne me voyais pas faire une demande pour tester F1 2019. En effet, les séries de jeux de sport ne proposent généralement que de simples mises à jour d’une année sur l’autre et, hormis pour NBA 2K, je fais l’impasse durant deux ou trois ans. Pourtant, un détail a provoqué en moi l’envie de jouer à F1 2019 : la possibilité de revivre les mythiques affrontements entre Ayrton Senna et Alain Prost !
Alors oui, j’ai craqué et voici donc mon avis…

F1 2019 : une carrière plus aboutie

Ma principale inquiétude était évidemment due au très court temps de développement de ce nouvel épisode. Eh oui, il ne sort que 10 mois après l’édition 2018… Mais Codemaster ne s’est pas reposé sur ses lauriers, bien au contraire…

Le mode Carrière scénarisé fait son retour – puisque c’est devenu un standard – et il offre quelques nouveautés sympathiques. On le débute via un mini film dont nous sommes le héros qui alterne entre cinématiques, courses et dialogues.
Cette fois-ci, nous ne commençons pas en étant recruté par une équipe de Formule 1, mais en F2 (la division inférieure). C’est lors de 3 petites courses que nous devrons prouver nos talents afin d’attirer les regards des recruteurs des grosses écuries de F1.

f1 2019 intérieur F2

On devra donc choisir, ou non, de laisser notre coéquipier nous doubler après avoir subi une légère avarie. Notre décision aura une incidence sur notre future carrière. Lors de la course suivante, il faudra réussir à battre notre rival bien qu’il nous ait obligé à nous arrêter aux stands après nous avoir percuté. Et enfin, il faudra arriver devant notre rival lors dernière course de F2 et ainsi remporter le championnat.

Après chaque épreuve, on retrouve Emma la journaliste et ses interviews aux questions parfois contradictoires. On côtoie également à nouveau les mêmes chefs d’équipes et autres techniciens de l’écurie.

Une fois monté en F1 – avec notre coéquipier et notre rival, on retrouve un schéma de jeu plus classique. Nos performances et nos décisions prises en F2, même si cela ne nous aura occupé que durant une petite heure, sont cruciales pour notre embauche en Formule 1. On reçoit donc plusieurs propositions et c’est à nous de bien peser les avantages et les inconvénients de chaque écurie. On peut évidemment choisir celle que l’on souhaite en forçant le destin, mais cela est moins immersif. De plus, vaut-il mieux être immédiatement propulsé pilote n°1 d’une petite écurie à la voiture peu fiable ou plutôt batailler dans l’ombre de Lewis Hamilton pour faire ses classes au volant d’une Mercedes ?

Ensuite, libre à nous de poursuivre et persévérer pour gagner la place de pilote n°1 en remportant des courses et évidemment en atteignant le but ultime : devenir Champion du Monde !
On peut également négocier notre contrat, participer à des événements rémunérateurs en argent, mais également en réputation. Il y a également des transferts qui s’effectuent en temps réel, ce qui ajoute encore plus de réalisme à F1 2019.

F1 2019 le coéquipier et le rival
Le coéquipier et le rival

F1 2019 : un pilotage encore plus pointilleux

F1 2019 est une simulation de pilotage, une vraie. Il est exact que les non-initiés peuvent placer la difficulté au minimum et activer toutes les aides à la conduite, mais ils n’en ressortiront aucun plaisir de jeu. En revanche, c’est avec un peu d’entrainement que l’on découvre les subtilités du pilotage, notamment les nouveautés liées aux règles du Championnat du Monde de Formule 1.
En effet, depuis le début de saison, quelques modifications ont été apportées aux monoplaces. Outre l’aspect visuel qu’elles peuvent avoir sur les bolides, elles ont surtout un impact sur l’aérodynamisme, particulièrement sur les appuis.

f1 2019 intérieur Renault

De ce fait, certains virages sont bien plus difficiles à négocier. La gestion de la voiture, surtout son freinage et des pneus est d’autant plus importante pour bien aborder les circuits les plus techniques.

Les sensations de conduite sont vraiment excellentes, j’ai vraiment regretté de ne pas avoir de volant pour jouer. Mais malgré ce manque important, les monoplaces sont un vrai plaisir à piloter.
De plus, Codemaster a réalisé un travail de fou sur l’intelligence artificielle, ce qui rend les courses encore plus passionnantes. En effet, les adversaires ne nous rentrent plus dedans dès le premier virage. Ils gèrent beaucoup mieux leurs trajectoires, profitent de l’aspiration et attaquent dans les courbes. Ce changement de comportement est bluffant comparé à F1 2018.

F1 2019 : pas d’évolution technique

Pour F1 2019, les développeurs ont surtout travaillé à rendre l’IA plus réaliste et le mode Carrière plus complet. Je n’ai donc pas grand-chose à ajouter par rapport à mon test de F1 2018. Il y a bien quelques petits détails par-ci par-là, notamment l’usure des pneumatiques qui se voit en temps réel et qui permet de savoir d’un coup d’œil s’il est nécessaire de s’arrêter aux stands.

Idem en ce qui concerne les sons. La sonorité des moteurs est évidemment actualisée pour coller avec la réalité.

F1 2019 : Ayrton Senna et Alain Prost sont dans une monoplace…

Autre point fort de F1 2019 : son contenu très riche.

On a vu son énorme mode Carrière à la durée de vie quasi illimitée, mais on peut également jouer en ligne, il y a des ligues, des challenges hebdomadaires, des livrées pour personnaliser nos bolides pour les courses en ligne… Il y a une multitudes de choses pour nous faire oublier le temps qui passe !

Mais F1 2019 offre également la possibilité de jouer avec les monoplaces de la saison 2018 et même une vingtaine de modèles rétro.
De plus, si jamais vous optez pour l’édition Légendes (avec Senna et Prost sur la jaquette) vous aurez accès à un mode de jeu qui leur est totalement dédié.
Au programme : Ayrton Senna à bord de sa McLaren MP4/5B de 1990 et Alain Prost dans sa Ferrari F1-90 afin de revivre les courses et défis de ces ceux pilotes mythiques.

Enfin, pour être bien complet, F1 2019 embarque un menu spécial pour la F1 eSport. Il permet de suivre les compétitions en direct et même de tenter de se qualifier pour le Championnat !

F1 2019 : Mon avis

J’avais adoré jouer à F1 2018, il m’a permis de remettre dans le bain de la Formule 1. Avec F1 2019, j’ai pu immédiatement me propulser dans des courses à la difficulté plus élevée sans passer par la phase apprentissage.

Autant vous dire qu’il est difficile de décrocher tant le jeu est fourni et tant son mode Carrière est immersif. De plus, pouvoir jouer avec Prost et Senna est un plaisir infini !

C’est un jeu que tout fan de F1, et de jeu vidéo, se doit de posséder.

Produits disponibles sur Amazon.fr

f1 2019 premier virage

En résumé

F1 2019 est probablement le jeu de Formule 1 le plus abouti. Bien que les graphismes datent de 2018, ils restent magnifiques, mais c’est surtout ce qui concerne l’IA et l’aérodynamisme qui a été amélioré.
On se retrouve donc avec une simulation quasi parfaite qui saura ravir les fans de F1 durant de très nombreuses heures.

J'aime

  • La scénarisation du mode Carrière
  • l’ajout de la F2
  • De la personnalisation en veux-tu en voilà
  • Un multijoueur très complet
  • De l’eSport à gogo
  • Graphiquement magnifique

Je n'aime pas

  • Le mode « Légendes » avec Senna et Prost pas assez complet
  • La journaliste pose toujours les mêmes questions
  • Quelques petits bugs particulièrement gênants lors des incidents de course

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 11, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.