Daddy, à quoi tu joues ? #42 – For Honor

For Honor est un jeu très spécial pour moi. Tout d’abord, c’est le premier jeu qu’Ubisoft me fournit pour un test, mais c’est surtout son thème qui en faisait un de mes must have de 2017… En effet, j’ai toujours été passionné par les temps féodaux, européens ou asiatiques. Ajoutons un peu de mes origines vikings et on pouvait affirmer que ce jeu était pour moi…
Mais est-ce vraiment le cas ? Voici mon avis sur For Honor.

On ne va pas s’attarder sur le scénario du jeu, il est quasi inexistant. Trois factions s’affrontent depuis des dizaines, voire des centaines d’années : les chevaliers, les Vikings et les samouraïs. Lorsque ceux-ci espèrent enfin vivre en paix, Apollyon, une femme chevalier s’arrange pour faire couler le sang…

For Honor – Une technique au point

Il est évident qu’Ubisoft réfléchit déjà à l’avenir quand un jeu est lancé sur le marché. Cette réflexion saute aux yeux dès les premières secondes de For Honor. Même si le gameplay est totalement différent, ce jeu sent la peau tannée de Far Cry Primal à plein nez.

Graphiquement les deux titres sont très proches, notamment pour tout ce qui concerne la végétation, la luminosité de jour comme de nuit… Les différents environnements sont criants de vérité et de toute beauté. Que l’on traverse un marais, une forêt ou un flanc de montagne, on a l’impression d’y être.
Le travail sur la musculature, les armures, les déplacements, les mouvements des différents protagonistes sont plus vrais que nature. Je n’ai pas relevé un bug de collision, et pourtant dans un jeu de combat, il pourrait y en avoir à la pelle…

J’ai beau chercher, je n’ ai trouvé aucun défaut visuel à For Honor. Même les effets de lumière sont différents sur les peaux, les armures, les bâtiments, les décors… C’est un travail d’orfèvre qui a été réalisé par les développeurs d’Ubisoft Montréal.

Ah si ! J’ai une remarque à faire ! Il arrive fréquemment que le framerate chute brusquement, provoquant ainsi des ralentissements désagréables. Cela ne se produit que lorsqu’un grand nombre de soldats sont affichés à l’écran.
Il est possible que le fait que je joue sur Xbox One soit une des raisons de ces ralentissements. La console de Microsoft n’est pas connue pour ses taux de framerate extraordinaires… J’aurais aimé tester For Honor sur PlayStation 4, surtout sur la PRO afin de voir s’il y a une différence.

Bien entendu, un grand jeu doit savoir flatter les yeux, mais aussi les tympans. Là encore, la musique est parfaite. Elle s’adapte à l’action, aux factions qui s’affrontent… Enfin bref, difficile de la prendre à défaut.

For Honor – Du plaisir solitaire ?

Nous voici plongés sur les terres d’Ashfield tour à tour dans l’armée d’une des factions (vous vous souvenez, les chevaliers, les vikings et les samouraïs). Le scénario nous propose de jouer les douze héros (quatre par faction si vous comptez bien) au cours de dix-huit missions dans une mise en scène assez habile pour nous apprendre les rudiments du combat.

Car oui, malheureusement, ce mode solo n’est autre qu’un immense tutoriel de 7-8 heures lors duquel on nous explique comment venir à bout des ennemis. Ainsi, on capture des zones, puis on s’essaye aux combos avant de travailler la garde, puis de combattre un boss…
De ce fait, même si la narration à la manière d’une épopée mythologique est plutôt bien ficelée et que l’on prend un certain plaisir à atteindre les différents objectifs, on se rend vite compte que l’on tourne en rond. La campagne est très répétitive.

Malgré tout, For Honor est un jeu multijoueur, Ubisoft aurait très bien pu se limiter à un simple tuto permettant d’apprendre les bases du combat. Et pourtant, on nous laisse le temps de prendre en main les héros en douceur afin de bien nous familiariser avec le gameplay, de récupérer de l’Acier, parce que le principal reste à venir…

For Honor – A plusieurs c’est encore meilleur

Nous voici maintenant dans le nerf de la guerre : le multijoueur.
Ne vous méprenez pas, For Honor n’est pas ce jeu bourrin où il faudra tout défourailler pour gagner. Bien au contraire !
La prise en main est exigeante, très technique et stratégique. Il n’est pas question de se lancer au combat la fleur au fusil en pensant découper du Viking à tout va… D’où la campagne tutoriel indispensable pour bien apprendre les rudiments du combat.

Une bonne connaissance des héros est primordiale. Au nombre de quatre par faction, ils possèdent chacun un équilibre entre vie, dégâts et vitesse d’exécution. Il faudra correctement jongler entre les coups faibles ou puissants, le brise-garde et les parades afin de venir à bout d’un adversaire…

Pour s’affronter, For Honor propose différents modes de jeu. La plupart sont basés sur des parties courtes et intenses.
Le Duel permet de s’affronter en 1 contre 1 ou 2 contre 2 en cinq manches. Il est le meilleur moyen de s’habituer au gameplay tout en glanant de l’expérience.
Dominion se joue à 4 contre 4 sur des cartes plus grandes avec pour objectif de capturer des zones tout en tuant sbires et héros ennemis s’y trouvant. La première équipe arrivée à 1000 points gagne la partie.
Enfin, Escarmouche et Elimination sont des variantes de Dominion, mais sans les objectifs à capturer.

For Honor – La personnalisation

Comme dans tout jeu multijoueur compétitif qui se respecte, la personnalisation est importante afin d’offrir une identité à notre héros.
Pour cela, il existe une monnaie, l’Acier, qu’il faut gagner en remportant des victoires et certains objectifs en mission.
Cet argent permet de customiser l’apparence de notre personnage, mais aussi de booster ses caractéristiques. Pour cela, il suffit de remplacer ses armes et armures par des éléments gagnés en fin de partie ou en ouvrant des coffres.
L’Acier permet également d’acheter des lots d’objets aléatoires.

Il est aussi possible d’acheter de l’Acier via des micro-transactions, donc de dépenser votre vrai argent pour acquérir de l’Acier. Certains objets, notamment les packs de costumes sont hors de prix, entre 35 000 et 45 000 Aciers (30-40 €). Cela revient à environ 10 € le costume… les tarifs sont clairement abusés.
Le statut de Champion, qui coûte pas moins de 2000 Aciers, améliore la progression durant trois jours. Il permet de glaner 25 % d’expérience en plus, d’obtenir plus de butin et des emblèmes de Champions exclusifs. Encore une fois, ce sont ceux qui mettront la main au portefeuille qui se retrouveront dans le haut des classements…

En contrepartie, Ubisoft a promis que tous les futurs DLC apportant de nouveaux héros et cartes seront gratuits. On en pense ce que l’on veut, mais je trouve que ce n’est pas plus mal de financer le contenu additionnel grâce aux plus riches – ou plus passionnés – d’entre nous.

For Honor – Mon avis

Je ne vais pas vous le cacher, For Honor est une grande déception pour moi.
Non pas parce qu’il ne me plait pas, mais à cause de son orientation multijoueur compétitif. Je suis père de famille, mon quatrième enfant naîtra dans quelques jours et je n’ai clairement plus le luxe de me lancer dans des parties alors que je risque d’avoir à lâcher la manette à tout moment.
Pourtant j’adore cette ambiance médiévale et ces combats à mort pour l’honneur de ma faction…
Mais désormais je dois m’orienter sur des jeux aux campagnes solo plus intenses et moins anecdotiques.
Quoi qu’il en soit, tout le monde n’est pas dans ma situation et For Honor plaira à quiconque souhaitera s’investir un minimum dans des combats acharnés où la moindre erreur se paye avec le tranchant de la lame ennemie.

ATTENTION PARENTS !

For Honor n’est pas un jeu pour enfants, les combats y sont brutaux et ensanglantés. De plus sa technique très exigeante n’est pas à la portée de tous les joueurs, notamment les plus jeunes.

[amazon template=template daddygamerchief&asin=B01FNC924E]
J’aime Je n’aime pas
Graphiquement très réussi Des modes de jeu trop classiques
Une mise en scène remarquable Une campagne solo pas assez épique
Des niveaux très bien conçus Des micro-transactions abusives
Un gameplay technique… … mais un peu trop exigeant
12 héros différents
For Honor
7.6/10
7.6/10
  • Scénario - 7/10
    7/10
  • Jouabilité - 7/10
    7/10
  • Graphismes - 8/10
    8/10
  • Bande-son - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10

En résumé

For Honor sera à coup sûr un client pour les compétitions d’eSport. Son gameplay technique et exigeant en font un jeu difficile à maîtriser. Heureusement, une campagne solo permet d’apprendre les rudiments du combat, mais elle est trop éloignée de l’épopée héroïque que j’espérais.

 

For Honor
7.6/10
7.6/10
  • Scénario - 7/10
    7/10
  • Jouabilité - 7/10
    7/10
  • Graphismes - 8/10
    8/10
  • Bande-son - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10

En résumé

For Honor sera à coup sûr un client pour les compétitions d’eSport. Son gameplay technique et exigeant en font un jeu difficile à maîtriser. Heureusement, une campagne solo permet d’apprendre les rudiments du combat, mais elle est trop éloignée de l’épopée héroïque que j’espérais.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.