Daddy, à quoi tu joues ? #75 – God of War

Vous allez vous dire que je suis fou, sortir un test de God of War quasiment un mois plus tard, alors que la presse est unanime sur sa note parfaite, c’est perdre son temps pour rien.
Oui, mais j’ai voulu finir le jeu à 100 % avant de donner mon avis. Et quand je dis fini à 100 %, c’est que j’ai obtenu le Trophée de Platine…
Alors, est-ce que God of War mérite tous les éloges dont il a bénéficié depuis sa sortie ? Je vous donne mon avis dans les lignes qui suivent…

God of War – Kratos et Atreus sont dans un bateau

Lorsque j’ai entendu parler de God of War pour la première fois, j’ai craint que les développeurs aient fait table rase du passé de Kratos. Mais il n’en est rien.
Notre dieu de la guerre grec a fui son pays pour aller dans le nord de l’Europe où il coule des jours heureux (si jamais c’est possible avec Kratos) avec une femme qui lui a donné un fils…

Mais mettez-vous à la place d’Odin, le « Père de tout », qui voit s’installer un tueur de dieux à Midgard… Vous comprendrez aisément qu’il voit cette affaire d’un mauvais œil. Il envoie Baldur, un dieu immortel et qui ne ressent pas la douleur, s’occuper du cas Kratos et de son fils Atreus.

Pour ne pas spoiler ceux qui n’ont pas encore attaqué God of War (coucou Loïc !), je vais m’arrêter là en ce qui concerne l’histoire du jeu et me concentrer sur le reste. Et il y a de quoi remplir des pages de texte !

God of War – Kratos, Dieu de la guerre…

En lançant God of War, c’est sa beauté qui saute aux yeux !
Les textures sont magnifiques, que l’on regarde Kratos ou un simple tronc d’arbre. J’ai beau ne pas avoir (encore) de PS4 Pro, chaque détail de ce jeu est un régal visuel.
Les Personnages, quels qu’ils soient, héros ou méchants, PNJ ou monstres, tous sont un régal visuel, que l’on ne pouvait imaginer il y a encore quelques années…

J’ai remarqué quelques ralentissements, surtout lorsque les ennemis sont trop nombreux et que les effets visuels en mettent plein la vue. Mais je mets cela sur le compte de ma vieille PS4 fat qui commence à faire un bruit digne d’un avion de chasse…

Manette en main, le constat est le même, c’est un pur bonheur.
Kratos se manie à la perfection, les combos sortent presque tout seuls, malgré ma faible technique en la matière… Atreus est un allié indispensable, il est impératif de savoir l’utiliser (surtout son arc) à bon escient… Il est un atout à ne pas oublier pour les combats de boss. Ce nouveau personnage à prendre en considération dans le gameplay est une belle nouveauté de ce God of War.

Mais ce n’est pas la seule nouveauté. En effet, on n’a plus affaire à un jeu de couloir. Enfin presque… God of War est un jeu à monde semi-ouvert. Cela signifie qu’il y a une grande partie de liberté de déplacements qui a permis aux développeurs d’inclure diverses missions annexes. Enfin, pas vraiment annexes… Même si elles ne sont pas obligatoires, nombre de ces « services rendus à autrui » offrent des ressources et autres bonus quasi indispensables pour pouvoir débloquer le Trophée de platine…

Cette liberté de mouvements offre un nouveau rythme à la licence God of War. Dans les précédents épisodes, il suffisait d’enchaîner les zones de combats et les boss pour venir à bout du jeu. Désormais, l’action est moins frénétique. Les combats sont toujours aussi violents, mais on a le loisir de souffler, de se promener, de chercher des artefacts, afin de rendre l’expérience moins intense.

God of War – Mon avis

Je me suis forcé à résumer ce test. Non pas par fainéantise, mais pour ne pas vous spoiler. La narration est absolument exemplaire et l’équipe de Santa Monica a su faire un lien parfait entre les premiers épisodes et celui-ci.

Atreus jouera un rôle important dans les prochains épisodes, et il me tarde de savoir comment il va évoluer. Il est le fils d’un Dieu qui s’est cru mortel pendant une dizaine d’années. Va-t-il devenir bon ou mauvais ? La quasi-totalité de God of War est battie autour de la relation entre Kratos et son fils. On se demande tout au long de l’aventure s’il va suivre les traces de son père ou s’il sera un Dieu plus sage… C’est pour moi ce qui fait tout l’intérêt de ce jeu.

Nous ne sommes plus dans le dézingage intensif de monstres et de Dieux, God of War nous apporte une dimension plus philosophique. Outre son côté bourrin, ce jeu nous pousse à réfléchir sur l’avenir de nos deux héros. Et c’est pour moi tout l’intérêt de cette aventure. Nous avons eu quatre épisodes pour nous défouler (plus deux sur PSP), nous aurons désormais des occasions de nous inquiéter pour Kratos et surtout pour Atreus

Vous l’aurez compris, j’ai complètement accroché à cette refonte de God of War. Auparavant, on tuait du dieu sans se poser de questions. Désormais, nous verrons les conséquences des actes de Kratos forger l’avenir et le devenir d’Atreus. C’est ce qui fait, pour moi, de God of War un jeu hors normes.

ATTENTION PARENTS !!!!!!!!!!!!!

God of War est un jeu violent ! Sous couvert de mythologie super instructive pour des enfants, les combats sont d’une extrême violence. Les monstres sont impressionnants, Kratos se retrouve couvert d’hectolitres de sang et la psychologie du Fantôme de Sparte et d’Atreus ne sont clairement pas pour des enfants. Il est important de ne pas laisser ce jeu entre toutes les mains, mais également de ne pas laisser les plus jeunes vous regarder jouer…

Produits disponibles sur Amazon.fr

J’aime Je n’aime pas
La relation entre Kratos et Atreus Une caméra parfois capricieuse
Des graphismes somptueux Un peu trop d’équipements
Une bande-son épique Manque de combats de boss contre des Dieux
Une durée de vie titanesque  Trop de temps à attendre avant la suite…
La relation père/fils de Kratos et Atreus
Une narration bluffante
Une évolution du gameplay parfaitement exploitée

God of War
9.8/10
9.8/10
  • - 9.8/10
    9.8/10

En résumé

God of War est un reboot, sans l’être, tout en l’étant. Il redéfinit le gameplay de la série en prenant le risque de se mettre les fans de la première heure à dos. Mais son scénario, parfaitement ficelé, ses musiques épiques et ses graphismes à couper le souffle en font un jeu à posséder absolument – à condition d’aimer les beat’em up évidement.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

2 Comments

  1. Vincent 22 mai 2018
  2. Lea 6 juillet 2018

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.