Daddy, à quoi tu joues ? #77 – Tennis World Tour

Même si je ne suis vraiment pas doué au tennis et que je m’endors inévitablement devant Roland-Garros, j’adore jouer aux jeux de tennis. Bien évidemment, Virtua Tennis est ma référence en la matière (j’allais affronter les mecs de chez SEGA dans leurs locaux à Arcueil Cachan à la grande époque de la Dreamcast). Mais lorsque j’ai entendu parler de Tennis World Tour, je ne pouvais pas ne pas le tester.
Voilà qui est fait.
Verdict…

Tennis World Tour – Jeu, set et… bof !

Aie, ce titre met directement l’accent sur la qualité de Tennis World Tour. En effet, bien qu’il soit plein de bonnes intentions, il est bourré de défauts particulièrement handicapants…
Je vais tenter de ne pas faire un test à charge, d’autres sites bien plus prestigieux s’en sont déjà chargés, mais parce que j’ai malgré tout pris un peu de plaisir à jouer.

Comme beaucoup, dans un premier temps, j’évalue la qualité graphique d’un jeu. Les courts sont ce qu’il y a de plus joli à regarder dans Tennis World Tour. Leur réalisation tranche vraiment avec le reste. En effet, le public est moche, les gens sont cubiques et répètent les mêmes mouvements, mais le pire ce sont les joueurs.
On peut se créer son propre avatar à partir de seulement 10 visages non modifiables, qui sont réutilisés pour la plupart des adversaires qu’on aura à rencontrer. De ce fait, il n’est pas rare d’affronter trois fois de suite le même personnage, mais avec un nom, une nationalité et une tenue différents. Il arrive également que notre adversaire du jour nous ressemble comme deux gouttes d’eau…
Et que dire des quelques joueurs professionnels de l’ATP Tour ? Roger Federer a tiré le pompon, son visage est méconnaissable et seuls quelques-uns de ses coups signature nous rappellent à qui on a affaire…

Et puis après ce choc visuel, on va passer au gameplay.
Le tennis est un sport de précision, mais ici il n’en est pas question. Lorsque notre adversaire nous envoie la balle, il faut maintenir le bouton du coup souhaité (frappe directe, liftée, coupée ou lob) afin de charger et envoyer une frappe plus ou moins puissante. Malheureusement, il est quasiment impossible de placer sa balle, car tout se fait au jugé. Il ne faut pas espérer faire un passing-shot ou flirter volontairement avec les lignes. Que nenni ! Tant que la balle reste dans le court, c’est l’essentiel, de toute façon il y a très peu de chance que l’adversaire la rattrape…

Oui, parce que le mec en face, il a beau courir et renvoyer quelques fois des balles improbables, la plupart du temps il ne fait que les regarder passer à sa portée et nous laisser gagner le point.
Mais il y a pire ! Il arrive à notre tennisman de ne pas vouloir jouer. Oui, vous avez bien lu ! On est dans le bon timing pour frapper, on est bien placé et là… on ne sait pas pourquoi… il ne bouge pas… il laisse la balle passer sans même faire un mouvement.
Et ce n’est pas tout ! La gestion de l’espace est horrible. Je vous explique :
Ce n’est pas rare qu’une balle qui rebondit dans le couloir d’une bonne dizaine de centimètres ne soit pas annoncée faute. Il arrive également que la balle soit renvoyée bien qu’elle soit si loin de la raquette qu’on avait déjà arrêté de jouer le point…
Autre point à mettre en évidence, le jeu lag tellement que ça devient rageant par moment.

Tennis World Tour – Un jeu à (Guy) forget ?

Niveau contenu, Tennis World Tour n’est pas non plus bien folichon. Il n’y a pas de licence avec un équipementier,  pas de licence non plus pour les tournois et les Grands Chelems (Rolland-Garros est prévu pour une mise à jour en 2019… ) et seuls quelques joueurs du plateau sont présents.
De plus, il va falloir attendre pour pouvoir jouer en multijoueur en ligne ou en double, c’est prévu pour une mise à jour ultérieure…

Il y a malgré tout quelques bonnes idées. Une centaine de cartes bonus de capacités sont déblocables au fur et à mesure de notre progression. Leur effet n’est pas négligeable et peut inverser l’issue d’un match.
Il y a également la possibilité de recruter un coach, qui permet de gagner plus d’XP, de nouvelles cartes bonus ou du matériel, mais aussi d’embaucher un agent pour ceux qui veulent gagner plus d’argent…

Dernier point, et je crois que c’est le pire, la bande-son. Les musiques ne sont pas marquantes et, heureusement, ne viennent pas s’incruster dans les matchs. En revanche, les commentaires de Guy Forget sont tout simplement insupportables. Vous vous souvenez d’Adidas Power Soccer sur la première PlayStation ? Bah on a trouvé pire !
Je gagne un point sur un amorti et Guy Forget me sort un « quel boulet de canon !!! » complètement hors sujet et les vannes tombent à plat. Ce n’est pas tout, je ne vais pas vous les lister, mais c’est suffisamment insupportable pour avoir envie de réduire cette ancienne gloire du tennis au silence…

Tennis World Tour – Mon avis

C’est vrai que le tableau que je vous ai présenté est assez sombre. Malgré tout, bien que Tennis World Tour ne soit pas à la hauteur de mes attentes, j’ai malgré tout passé de bons moments à y jouer, surtout avec ma Grande Recrue qui n’est pas habituée à ce genre de jeu.
Donc si vous êtes pointilleux et voulez un jeu parfait, ressortez votre Dreamcast et faites-vous un Virtua Tennis. Pour les joueurs occasionnels, Tennis World Tour est un petit jeu sympa dont tout le potentiel réside dans de futures mises à jour.
La question principale à se poser avant de passer à la caisse est : « suis-je prêt à patienter un an pour que le jeu soit à la hauteur du prix payé ? »
Pour moi c’est un grand non, je préfère ressortir ma bonne vielle Dreamcast !

Produits disponibles sur Amazon.fr

J’aime Je n’aime pas
Facile à prendre en main Des lags horribles
Des cartes bonus de compétences Mon Dieu que c’est moche !
Une IA insupportable
La difficulté très mal dosée
Des commentaires à s’arracher les cheveux
Pas de licences officielles d’équipement ou de tournois

Tennis World Tour
4/10
4/10
  • - 4/10
    4/10

En résumé

Tennis World Tour est une immense déception. Malgré de très bonnes idées, mal exploitées, le jeu a bien trop de défauts pour avoir envie de le choisir plutôt qu’un autre. Il va falloir quelques mises à jour pour qu’il rende une copie de qualité suffisante pour mériter un minimum d’attention, mais pas avant au moins un an…

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

One Response

  1. Lea 6 juillet 2018

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.