Daddy, à quoi tu joues ? #86 – Marvel’s Spider-Man

Je suis un grand fan du MCU (Marvel Cinematic Universe). C’est le genre de films qui, outre le fait que je pose/pause le cerveau, me fait redevenir un petit garçon fasciné par les super héros. Même s’il n’est pas mon préféré, j’ai sauté de joie lorsque j’ai vu qu’Insomniac Games préparait un jeu avec Spider-Man. Jeu qui est sorti il y a un peu plus d’une semaine, ce qui m’a permis de le terminer quasiment à 100 % (satanés jetons de défi !) et de vous en proposer un test complet aujourd’hui…

Marvel’s Spider-Man – La petite araignée sympa du quartier ?

Ce que j’adore dans ce Marvel’s Spider-Man, c’est que les concepteurs du jeu ont intégré bon nombre de personnages du Comics que nous connaissons bien. Il y a les gentils, comme Peter ParkerMary-Jane et bien sûr tante May, mais aussi les supers vilains dont Electro, Vulture, Rhino ou encore Scorpion. Je vous laisse la découverte du scénario pour savoir quels sont les rôles d’autres protagonistes clés, dont Norman Osborn et le professeur Otto Octavius
Mais, en plus, le MCU a été intégré à cet univers déjà bien rempli !
Non, n’imaginez pas croiser Iron Man ou Captain America en survolant New York, mais il est possible de se prendre en photo devant la tour des Avengers, l’ambassade du Wakanda ou le manoir de Doctor Strange à Greenwich Village. Les références sont nombreuses, on croise même Stan Lee en guest star comme dans les films Marvel

Bon, revenons à nos moutons. Non, à notre araignée.
Notre terrain de jeu s’étend sur l’ensemble de l’île de Manhattan, ce qui fait un paquet de kilomètres de toile à tisser pour la parcourir en long, en large et en travers. Bien sûr, chaque bâtiment et chaque rue ressemble à l’original et on se plaît à (re)découvrir les monuments new-yorkais en se balançant de building en building.
Pour cela, le gameplay a été pensé pour être le plus simple possible. Un coup de R1 pour décoller et la gâchette pour  lancer la toile et s’y suspendre. Pour les combats, c’est quasiment pareil. Les combos ont été si bien pensés, qu’il est facile de les sortir afin de voir Spidey assommer les vilains dans une chorégraphie qui donnerait presque le tournis.
Enfin bref, les développeurs ont conçu Marvel’s Spider-Man pour que tout le monde puisse le prendre instantanément en main et entrer immédiatement dans l’intrigue.

Marvel’s Spider-Man – À grand pouvoir, grandes responsabilités

Oui, les équipes d’Insomniac Games avaient un grand pouvoir entre les mains – la puissance de la PS4 – et avaient la responsabilité de nous proposer un jeu digne des meilleures productions actuelles. Eh oui, ce n’est pas facile de passer après God of War ou Detroit: Become Human !

Mais, encore une fois, le défi a été relevé haut la main. En effet, même s’il n’explose pas la rétine comme God of War, monde ouvert oblige, Marvel’s Spider-Man exploite pleinement les capacités de la console de Sony. Les effets de lumière sont impressionnants, proposant différentes couleurs et teintes en fonction de la journée, permettant aux ombres de rendre Spider-Man quasiment invisible.
Il n’y a malheureusement pas de passage du jour à la nuit au fur et à mesure du temps passé à jouer, c’est uniquement après avoir lancé une mission que l’on se retrouve à un autre moment de la journée ou à une a autre saison… C’est pareil pour la pluie, elle ne fait son apparition qu’à partir d’un certain moment dans le jeu. Mais bon, cela n’a aucune incidence sur le plaisir de jouer.

Les visages des différents protagonistes sont criants de vérité, tante May ressemble un peu trop à Annie Cordy, mais on le pardonnera aisément aux développeurs qui ne savent sûrement pas qui elle est. Les graphismes sont superbement réalisés, même s’il arrive que certaines textures apparaissent tardivement.
Les animations ont été travaillées avec qualité. Les sauts, les combats ou le moindre déplacement sont autant d’occasions de s’émerveiller devant un travail aussi précis.

Mais tout n’est pas parfait. En effet, il n’est pas rare de se retrouver à échouer une mission à cause d’un élément du décor qui bloque Spider-Man. Il arrive même à certains ennemis de se retrouver coincés derrière des panneaux solaires, attendant de se faire bastonner…
L’IA des méchants frise également les pâquerettes. Ils se limitent à être là, tentant de nous toucher avec les poings ou une arme, servant de sparring-partners en attendant de plus gros morceaux à combattre.
Les super vilains sont eux aussi très limités. On les affronte par paire et il suffit de trouver la bonne tactique à reproduire une demi-douzaine de fois pour en venir à bout. Le challenge est donc très limité et le sentiment de redondance est permanent.

Afin de casser la monotonie, les développeurs se sont arrangés pour que les missions secondaires apparaissent au fur et à mesure de notre progression dans le scénario. La réactivation de stations radio, la découverte de sacs ou encore les défis de Taskmaster se découvrent donc au compte-gouttes.

Je vais terminer sur une note positive : les doublages. Le travail des doubleurs a été mené de main de maître, avec un Donald Reignoux plus que convaincant en Spider-Man, puisque c’est lui la voix d’Andrew Garfield dans les films.

 

Marvel’s Spider-Man – Mon avis

Il est évident que bénéficier d’un tour en hélicoptère au-dessus de Manhattan aux frais de Sony a rajouté un ou deux points à la note finale de Marvel’s Spider-Man dans la presse spécialisée. Cet épisode est bon, frôle même parfois le très bon, mais il se consomme comme un film du MCU. On pose le cerveau et on attend les crédits de fin en en prenant plein les yeux.
Ne vous méprenez pas, j’ai beaucoup aimé y jouer et j’y ai passé toutes mes heures de loisir durant une semaine (une trentaine d’heures pour le finir à 100%), mais il manque un soupçon de difficulté et une pointe de folie.
Marvel’s Spider-Man est bon jeu en monde ouvert, et, comme les films, sans être un chef-d’oeuvre mémorable, il reste malgré tout un bon divertissement.

Produits disponibles sur Amazon.fr

Marvel's Spider-Man

En résumé

Comme les nombreux films Marvel, Spider-Man est un jeu à consommer qui ne restera pas dans les annales. Il est agréable a faire, distrayant, mais il survole trop certains aspects de gameplay qui auraient pu en faire une référence. C’est un bon jeu qui saura ravir les fans de l’homme-araignée et du MCU.

J'aime

  • De très belles animations
  • Un doublage très convainquant
  • Une multitude de coups et de gadgets à utiliser
  • Un scénario prévisible, mais bien ficelé
  • Graphiquement à la hauteur des attentes

Je n'aime pas

  • Les combats de boss trop simples
  • Les missions secondaires « remplissage »
  • Rejouabilité quasi nulle 

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

One Response

  1. Spidey, l'araignée la plus cool de New York 21 novembre 2018

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.