Daddy, à quoi tu joues ? #88 – Yakuza Kiwami 2

Il y a des remasters dont l’utilité nous semble bien peu logique, mais il y en a d’autres qui coulent de source. Yakuza Kiwami 2 fait partie de ceux-là. En effet, ce jeu de SEGA est sorti en 2008 sur PlayStation 2 sous le nom de Yakuza 2, mais il a fallu plus d’un an pour qu’il nous arrive du Japon. Amputé de ses sous-titres en français, il est passé totalement inaperçu chez nous.
Heureusement, le voici remasterisé sur PS4 pour notre plus grand bonheur…

Yakuza Kiwami 2 – La voie du Dragon

Cette refonte a été plus que bénéfique à Yakuza Kiwami 2, puisqu’arrivant  juste après Yakuza 6, il lui emprunte son moteur Dragon Engine. Cela nous permet de nous réjouir d’avoir les plus beaux graphismes dans un jeu Yakuza, mais aussi de bénéficier d’un système d’expérience apporté par ce sixième épisode.

Grâce à ce moteur tout neuf, le jeu est fluide, on entre et sort des bâtiments sans aucun temps de chargement et les quartiers de Kamurochô et de Sôtenbori sont visuellement ce qu’il se fait de mieux dans la série. Comme dans ses prédécesseurs, les cartes de Yakuza Kiwami 2 ne sont pas si grandes que ça pour un « monde ouvert », mais cela permet de bénéficier de graphismes plus soignés, de plus de vie et d’une ambiance plus pittoresque.
Les effets de lumière sont saisissants, le niveau de détail ne laisse aucun répit à nos yeux, on est toujours attiré par quelque chose qui nous détourne de notre objectif, on a vraiment l’impression d’y être.
Même la bande-son a été revue, laissant de côté celle de la version PS2, mais proposant un jazz enivrant bien plus adéquat à l’action des combats.

Les points d’expérience se gagnent de manières bien différentes. On peut en glaner en combattant, en terminant une quête ou en faisant tout et n’importe quoi dans la ville, notamment manger dans un restaurant. C’est d’ailleurs une des choses qui m’ont le plus amusé, car on peut faire manger notre héros jusqu’à ce qu’il arrive à satiété, mais il suffit de lui faire avaler un saké digestif pour libérer de la place dans son estomac et reprendre la dégustation de sushis… Le comble, c’est que l’on peut même améliorer la taille de sa panse ou sa résistance à l’alcool en dépensant ces fameux points d’expérience gagnés en mangeant.

Yakuza Kiwami 2 – Dans la chaleur de la nuit…

En ce qui concerne la prise en main, Yakuza Kiwami 2 reste toujours aussi rigide, surtout lors des phases de transition entre l’attaque et la défense. Kiryû se retourne trop souvent difficilement, ce qui fait qu’il n’est pas rare que l’on se prenne des coups dans le dos avant de pouvoir contre-attaquer. Sa garde se brise également au moindre enchaînement, ce qui fait qu’on prend la fuite aussitôt que possible en attendant d’avoir suffisamment glané assez d’expérience et avoir rendu notre héros plus à même de se défendre.

Parmi les grosses nouveautés de gameplay, on peut noter la possibilité de stocker ses armes sans avoir à les utiliser immédiatement. C’est une excellente chose, car les coups de poing chatouillent les boss et il est bien pratique de sortir une batte de baseball ou un bon pied de biche pour en venir à bout.

Malheureusement, on ne peut pas compter sur les enchaînements de combos, les combats manquent bien trop de fluidité. En revanche, les « Heat Actions » viennent souvent nous tirer d’un mauvais pas. Il s’agit de QTE à débloquer pour que Kiryû puisse désarmer un adversaire et retourner son pistolet contre lui en appuyant au bon moment sur une touche, mais aussi balancer un ennemi à la baille ou encore en envoyer un finir la tête la première dans le décolleté d’une demoiselle passant à proximité…
Après avoir retrouvé son maître, notre héros débloque le mode « Extreme Heat« , qui lui permet de soulever des objets énormes une fois une jauge remplie.

Yakuza Kiwami 2 – Il était une fois dans l’est

La trame principale de Yakuza Kiwami 2 fait la part belle aux flics. Kiryû se retrouve donc sous la surveillance de Kaoru Sayama, une jolie policière dont la mission cache un objectif personnel. Le scénario, particulièrement bien ficelé, propose son lot de retournements de situation et de moments forts.
Mais outre les 16 chapitres de l’histoire, ce sont la multitude de missions secondaires, qui occupent notre temps. Au nombre de 76, elles nous demandent d’aller apporter un simple paquet de mouchoirs à un guitariste enrhumé ou bien de jouer les comédiens de doublage pour une scène d’amour homosexuelle dans un jeu vidéo…

Mais l’essence de Yakuza Kiwami 2, ce sont toutes ces choses à faire qui font que l’on va passer des dizaines d’heures à jouer. On peut évidemment se rendre dans une salle d’arcade pour rejouer à Virtua Fighter 2 ou Virtual-On, mais aussi faire du baseball, du karaoké, aller au casino, jouer aux fléchettes, à la machine attrape-peluche, au mah-jong ou au shogi. On peut également rejoindre les jolies Rina Hashimoto et Hikaru Aoyama dans un mini-jeu de shooting photo. La voix de notre Yakuza aide les jeunes femmes à se décontracter et à donner le meilleur d’elles-mêmes devant l’objectif.
Kiryû est également patron d’un cabaret. Nombre de missions lui sont associées, de la simple drague d’hôtesses au kidnapping…

Yakuza Kiwami 2 – Mon avis

J’ai passé des heures et des heures à jouer à Yakuza Kiwami 2, et je n’ai pas tout fait ! Pour 40 € d’investissement, il est difficile de trouver un meilleur rapport qualité-prix.
Mais bien sûr, il faut un minimum s’intéresser à la culture japonaise et surtout savoir lire et comprendre l’anglais. En effet, comme tous les épisodes qui l’ont précédé, Yakuza Kiwami 2 est dépourvu de sous-titres en français et c’est bien dommage.
Quoi qu’il en soit, nous avons encore affaire à un excellent jeu pour nos PlayStation 4.

ATTENTION PARENTS !

Yakuza Kiwami 2 n’est PAS un jeu pour enfants. Combats, sexe, argent, mafia…  il n’est pas à mettre entre les mains des moins de 16 ans minimum.

Produits disponibles sur Amazon.fr

Yakuza Kiwami 2

En résumé

Yakuza Kiwami 2 est bien plus qu’une remasterisation. Sa qualité visuelle, ses heures de jeux pour le scénario, ses missions secondaires et ses mini-jeux en font un incontournable de la série. Malheureusement, il n’y a toujours aucun sous-titre en français, cela déplaira aux anglophobes.

J'aime

  • Un remake de très grande qualité
  • Des tonnes de choses à faire
  • Un scénario bien ficelé
  • Le cabaret

Je n'aime pas

  • Le système de combat 
  • Que deux quartiers
  • Pourquoi autant de quêtes secondaires inutiles ?
  • Pas de sous-titres en français

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.