Daddy, à quoi tu joues ? #92 – NBA 2K Playgrounds 2

En mai 2017, Saber Interactive nous proposait de télécharger NBA Playgrounds sur les boutiques en ligne de nos consoles. En grand fan de basket, j’ai bien sûr testé ce jeu 100 % arcade, mais il m’avait laissé une impression d’inachevé. En effet, le jeu manquait d’un vrai mode de jeu en ligne, le solo était assez court et la difficulté assez inégale.
Désormais, la licence est passée sous le giron de NBA 2K, NBA 2K Playgrounds 2 en est donc le premier fruit. Mais est-il plus mûr que son prédécesseur ? C’est ce que nous allons voir ensemble…

NBA 2K Playgrounds 2 – Une simple mise à jour ?

Le principe de NBA 2K Playgrounds 2 est identique à celui de NBA Playgrounds, donc de NBA Jam. Deux joueurs NBA de la même équipe affrontent leurs homologues de la ligue dans des matchs en 2×2 au gameplay 100 % arcade.
Crossovers, simple ou doubles alley-oops, dunks avec triple saut périlleux, mais aussi coups de coude, bousculades et pouvoirs temporaires sont de la partie.
Quelques éléments ont malgré tout subi des modifications, notamment la jauge de tir. En effet, il est désormais quasiment impossible d’enfiler les paniers à trois points avec un pivot tel que Shaqille O’Neal, car il faut relâcher le bouton lorsque la flèche de tir est dans la zone verte. Si le joueur qui a le ballon n’est pas un spécialiste de la discipline, cette fenêtre de tir sera fortement réduite, voire inexistante.

Dans NBA 2K Playgrounds 2 il ne suffit pas de marquer plus de paniers que l’adversaire, il faut surtout réaliser des actions spectaculaires. C’est en enchaînant les crossovers ankle breakers, en multipliant les spin moves et en claquant des dunks et alley-oops monstrueux qu’on active les pouvoirs spéciaux. Une fois une jauge remplie, ça déclenche un bonus pour notre équipe (multiplicateur de points, turbo illimité, shoots inratables…), ou un malus pour les adversaires (panier bloqué par un bloc de glace, baisse des statistiques…).
Malheureusement, ces bonus sont aléatoires et non déterminés à l’avance en fonction des joueurs choisis. On peut donc se retrouver avec un multiplicateur sur les paniers à trois points alors qu’on a une équipe dont les stats à cette distance sont mauvaises.
De plus, le jeu a souvent tendance à s’acharner sur nous. Les plus anciens, qui jouaient à NBA Jam sur Megadrive ou SNES, se souviendront de ces matchs où l’on sent que l’ordinateur ne veut pas que l’on gagne. Tous les tirs sont ratés, les dunks contrés et les passes interceptées… NBA 2K Playgrounds 2 reprend ce système punitif et, lorsque l’IA a décidé de prendre l’avantage, même un tir parfaitement réalisé avec la flèche pile dans la zone verte sera raté.

NBA 2K Playgrounds 2 – Re-Boom Shakalaka !

Graphiquement, on est très proche du premier épisode. Les joueurs NBA ont tous un aspect plastique avec une tête disproportionnée. C’est plutôt joli à regarder, les stars sont toutes reconnaissables au premier coup d’œil. L’action a beau être frénétique, ça ne ralentit pas d’un pouce.

Les modes de jeu ne sont pas légion, mais juste suffisant pour prendre du plaisir.
Il y a le sempiternel match d’exhibition que l’on peut paramétrer à sa guise. On peut y activer les pouvoirs, choisir le nombre de points à atteindre, choisir le terrain ou le ballon utilisé, etc.
Le cœur de NBA 2K Playgrounds 2 est évidemment la Saison NBA. Ici, il n’y a pas 84 matchs à jouer, la saison a été écourtée. Les meilleures équipes participent ensuite aux Playoffs, puis aux NBA Finals. Le vainqueur se voit récompensé par une carte de joueur exclusive à son équipe. Le petit plus sympa est qu’il est possible de jouer une saison en coopération avec un ami.

Du côté du multijoueur, on peut participer à un championnat en ligne dans lequel on peut affronter un autre joueur, un ami ou un inconnu, l’IA. Je ne vais pas vous le cacher, après avoir tenté plusieurs fois de me connecter à un match en ligne et attendu plus de 10 minutes à chaque fois, j’ai abandonné l’idée de jouer en multi. Je ne pourrai donc pas vous dire s’il y a du lag ou quoi que ce soit d’autre.

NBA 2K Playgrounds 2 propose également un concours de tirs à trois points jouable à plusieurs ou en solo.

Enfin, la version Nintendo Switch permet de jouer en local jusqu’à 4.

NBA 2K Playgrounds 2 – Free to pay !

Alors que le premier NBA Playgrounds permettait de débloquer tous les joueurs NBA au fur et à mesure de nos parties, NBA 2K Playgrounds 2 nous limite à des seconds couteaux. OK, il y a de quoi faire, mais si on veut pouvoir jouer avec des légendes comme Kobe Bryant, Julius Erving, Alonzo Mourning, Partick Ewing ou encore Michael Jordan, il faut passer à la caisse. Et si on veut avoir tous les joueurs disponibles dans le jeu, cela va nous coûter cher, très cher.

L’ensemble des joueurs est gratuit et déblocable en jouant. Il faudra des heures et des heures de jeu pour tous les gagner. Mais si on les veut tout de suite, il faut acheter des packs de cartes coûtant de 1 500 à 5 000 crédits.
Les crédits se gagnent en jouant. Un match joué c’est 200 à 300 crédits, un niveau de passé c’est 1 000 de plus. Autant vous dire que si on veut acheter Michael Jordan et ses 25 000 crédits, il faudra carburer.

Mais pour les moins acharnés et les plus pressés, il est également possible de débloquer tout ce beau monde avec les « Golden Bucks« . On obtient cette seconde monnaie dans certains packs de carte, mais seulement à coup de quelques dizaines… pas de quoi acheter un joueur star, encore moins légendaire. Il faut donc passer par la caisse pour s’offrir assez de Golden Bucks pour avoir tous les joueurs « gratuits » de NBA 2K Playgrounds 2. Pour cela, il faut 5 000 Golden Bucks et vous aurez tout le monde, même le mythique Jordan. Mais il n’est pas possible d’acheter directement 5 000 Golden Bucks, il faut soit dépenser 2 x 4,99 € pour deux packs de 3 000 GB, 9,99 € pour 7 500 GB ou 19,99 € pour 16 000 GB.
Je peux comprendre le principe dans un jeu free to play sur smartphone, mais là, NBA 2K Playgrounds 2 n’est pas gratuit ! Il coûte entre 20 et 30 € en fonction du marchand chez qui vous l’achetez.  Je trouve donc ce racket inconcevable.

NBA 2K Playgrounds 2 – Mon avis

Si NBA 2K Playgrounds 2 était privé de ses micro-transactions, s’il avait permis de débloquer des joueurs de manière normale au fur et à mesure de nos matchs et championnats, j’aurai dit oui. Un grand oui même. En effet, les améliorations dans les modes de jeux et le gameplay en font bien plus qu’une simple mise à jour de NBA Playgrounds.
Mais je ne peux tolérer le racket mis en place et cela justifie ma note. Sans ces micro-transactions, j’aurais acheté NBA 2K Playgrounds 2 sur Switch afin de jouer en mobilité. Mais les achats ne sont même pas transférables d’une console à l’autre, je resterai donc avec ma version Xbox One et tenterai d’obtenir un maximum de stars NBA sans passer à la caisse…

ATTENTION PARENTS !!!!!

NBA 2K Playgrounds 2 est, sans aucune hésitation, pour tous les âges. Vous pouvez donc le mettre entre toutes les mains, à condition qu’elles soient assez habiles. En revanche, soyez hyper attentifs aux achats intégrés, car la facture peut rapidement devenir salée si jamais votre bambin venait à acheter des joueurs…

Produits disponibles sur Amazon.fr

NBA 2K Playgrounds 2

En résumé

NBA 2K Playgrounds 2 est un jeu de basket arcade à la NBA Jam. Il offre du fun et des matchs endiablés pour tous ceux qui veulent un jeu de basket plus accessible que NBA 2K19. Mais le système de micro-transactions vient tout gâcher, car il devient bien plus difficile de débloquer de nouveaux joueurs sans passer à la caisse. C’est vraiment dommage…

J'aime

  • Un gameplay qui fonctionne bien
  • Des modes de jeux plus cohérents que dans le 1er
  • Le multijoueur à 4 en local
  • De nombreuses légendes NBA dont Jordan
  • Le style des joueurs personnalisable
  • Du fun à l’état pur

Je n'aime pas

  • Le système d’achats de joueurs qui force à passer par les micro-transactions 
  • L’IA parfois injouable
  • Impossible de me connecter à une partie en ligne

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.