Daddy, à quoi tu joues ? #95 – Darksiders III

C’est en janvier 2010 que nous avons découvert Darksiders, un jeu d’aventure mêlant un soupçon de Zelda, de God of War et de Soul Reaver qui m’a totalement conquis . Huit années plus tard, après la sortie de Darksiders II en 2012, la banqueroute de THQ et le rachat de ses licences (dont Darksiders) par Nordic Games, le tant attendu troisième épisode est enfin arrivé.
Cela fait six longues années que j’attendais cette suite et j’ai pris Darksiders III de mes mains tremblantes et la larme à l’œil…
En voici mon avis.

Darksiders III – La genèse

  • Darksiders

Guerre, l’un des quatre Cavaliers de l’Apocalypse, est accusé d’avoir violé la loi sacrée en provoquant prématurément la guerre entre les Enfers, les Cieux et le Royaume des Hommes. Les démons ayant remporté la victoire, ils se sont installés sur Terre et les Hommes y ont été éradiqués.
Jugé par le Conseil Ardent, Guerre est condamné et privé de ses pouvoirs. Mais il a une dernière chance de retourner sur Terre afin de prouver son innocence et punir les responsables de l’Apocalypse.

Il se retrouve donc dans les rues dévastées de New York, à la recherche du Destructeur et de ses sbires afin de leur faire goûter à sa lame tranchante. Une fois sa tâche accomplie et la vérité sur les origines de l’Apocalypse dévoilées, il brise le Septième Sceau et invoque ainsi ses trois confères Cavaliers.

  • Darksiders II

Nous apprenons que Guerre, Mort, Fury et Strife (ne cherchez pas un rapport avec les vrais Cavaliers de l’Apocalypse) sont des Nephilims, une espèce hybride maudite d’anges et de démons. Jaloux de voir les premiers hommes hériter de l’Éden, ils se sont lancés dans une guerre contre le reste de la Création. Mais quatre d’entre-eux, soucieux des conséquences de ce conflit sur l’Équilibre, décident de rallier le Conseil Ardent qui leur offre à chacun des pouvoirs hors du commun. Leur première mission est d’exterminer leurs frères Nephilims et de détruire leurs âmes.

Malgré les ordres du Conseil Ardent, Mort n’a pas détruit les âmes des Nephilims et les a enfermées dans une amulette qu’il a confié au Gardien des Secrets.
Persuadé de l’innocence de son frère, le Cavalier cherche à ressusciter l’humanité et demande de l’aide au Gardien des Secrets. Mais ce dernier est tourmenté par les âmes des Nephilims et demande à Mort de briser l’amulette… Ce qu’il refuse de faire. S’ensuit un combat durant lequel l’amulette se casse et les âmes sont envoyées dans la poitrine de Mort.

Après avoir vaincu moult Démons et Anges pour récupérer les deux clés de l’Arbre de la Vie, qui s’avère être le Puits des Âmes, dont le pouvoir est de restaurer une race en échange d’un sacrifice. Mort se jette alors dans le Puits, sacrifiant les Nephilims à jamais au profit des humains…

Darksiders III Fury War Death Strife

Darksiders III – Fury fait son entrée

Alors que Guerre attend toujours son jugement et que Mort a disparu, Fury est chargée par le Conseil Ardent de poursuivre  sur Terre les incarnations des Sept Pêchés Capitaux qui menacent l’Équilibre. Arrogante, la Cavalière accepte sa mission à condition de devenir la chef des Cavaliers de l’Apocalypse

Pour beaucoup, l’aspect de Darksiders III a été un choc. En effet, Gunfire Games a fait le choix de garder une certaine cohésion avec les deux premiers épisodes développés par le studio Virgil Games il y a déjà 6 à 8 ans. On se retrouve donc avec un jeu de la fin de 2018 avec des graphismes (en HD quand même) qui nous ramènent quelques années en arrière. Là où cela chagrine de nombreux joueurs, je trouve cette décision tout à fait logique. Ne vous attendez donc pas à voir votre rétine pleurer devant un jeu aussi beau qu’un God of War ou un Detroit: Become Human, la logique graphique a été respectée entre les trois épisodes. Et j’espère qu’elle le sera également pour le quatrième.

Mais ne croyez pas que l’on soit revenu six ou huit ans en arrière. Que nenni ! En effet, le premier épisode était construit comme un Zelda: Ocarina of Time, avec un HUB central et des donjons tout autour, le second était un monde semi-ouvert, alors que Darksiders III reprend la construction d’un Dark Souls. Le level design est tel un dédale de niveaux entrecoupés de semis boss, de boss, voire même de boss annexes… Au fur et à mesure de notre progression, Fury gagne de nouvelles compétences qui nous ouvrent des chemins jusqu’alors interdits. Il faut donc régulièrement revenir en arrière afin de trouver un accès vers une nouvelle zone où se cachent moult bonus et ennemis à occire.

Darksiders III Fury dans l'Eden

En parlant des Souls, la difficulté peut être rebutante. On peut choisir entre quatre niveaux de difficulté, mais même si on choisit la difficulté « Histoire » soit « facile », il faut s’accrocher pour venir à bout des ennemis. Les niveaux plus difficiles relèvent du « try an retry » où il faut connaître sur le bout des doigts les techniques d’attaque des ennemis pour arriver à les éliminer. Heureusement, en s’accrochant quelques heures, on obtient très vite de nouveaux pouvoirs qui aident à gagner en puissance. Cela permet de passer les menaces plus aisément, mais à la moindre erreur de touche ou si jamais la caméra se place du mauvais côté de l’action, c’est la mort assurée.

La palette de coups de Fury est très large. Son fouet et ses différentes armes d’Abysses permettent à la Cavalière de nombreuses combinaisons afin de réaliser des combos de folie. Comme ses frères Cavaliers, elle bénéficie également d’une jauge de Couroux, qui lui apporte de nombreux pouvoirs magiques, mais aussi d’une forme ultime de Chaos qui lui offre une quasi-invulnérabilité et une puissance hors norme durant un court laps de temps.
Outre le fait qu’elles modifient l’apparence de Fury, notamment la couleur de ses cheveux, les Abysses lui apportent de nouvelles armes et lui offrent certains pouvoirs. L’Abysse de Flammes lui permet de marcher dans la lave et de bénéficier d’un super double saut, celui de Tempête d’utiliser des tornades pour découvrir des lieux inaccessibles auparavant et celui de Force d’obtenir une masse bien pratique pour ouvrir de nouveaux chemins.

Darksiders III Fury Tempête

Darksiders III – Furie furieuse

Graphiquement on est donc en présence d’un jeu Xbox 360/PS3. Cela n’est pas un problème en soi, car tant que l’expérience de jeu est bonne il n’y a pas de raison pour lui tourner le dos. En revanche, il y a quelques soucis qui limitent le plaisir de jouer.

Dans un premier temps, il y a cette caméra qui est, par moments, insupportable. En effet, elle se place bien trop souvent face à Fury lors des combats, nous empêchant de voir nos ennemis. Cela engendre bon nombre de morts idiotes qui augmentent la frustration. Pour ne pas arranger les choses, les check-points sont rares. On a donc généralement la moitié du niveau à refaire et tous ses démons et anges à occire avant de retrouver le boss… Et c’est sans compter la difficulté exacerbée ! Une mise à jour l’a ajusté, mais il ne faut pas être un joueur sans expérience pour se lancer dans l’aventure de Darksiders III.  Heureusement que je voulais voir la fin du jeu, car j’espère un quatrième et dernier épisode, sinon j’aurais abandonné depuis longtemps.

Darksiders III Fury Chaos

Si vous avez lu d’autres tests avant le mien (Bouhhhhhh ! Pas bien !), sachez que les ralentissements décriés ont (presque) disparu grâce à une grosse mise à jour de 1,4 Go, celle-là même qui a également ajusté la difficulté. J’ai donc fait 50 % de Darksiders III avec des chutes de framerate insupportables avant qu’il soit enfin patché.
Malgré tout, le jeu crash également trop souvent et quand on sait qu’on en a sué pour arriver là où ça a planté, ça fout méchamment les boules…

Terminons avec la bande-son. Même si les précédents épisodes ont six et huit ans, je crois en avoir reconnu les musiques. Elles sont parfois très justes et enivrantes, mais elles sont bien trop souvent… absentes ! Ou si négligeables qu’on ne les entend pas.

Enfin, je n’ai pas trouvé le doublage en français folichon. L’actrice qui double Fury manque de rage et de passion dans la voix et que dire des personnages secondaires qui ont le charisme d’un poulpe malgré leurs pouvoirs immenses…

Darksiders III Seigneur des Abysses

Darksiders III : Mon avis

Je vais être très clair avec vous. Darksiders III est un jeu pour les fans, qui ont fait les deux premiers épisodes, ou pour ceux qui aiment les jeux à la difficulté exacerbée. Bien qu’un patch ait simplifié la progression, j’ai dû trop batailler pour battre certains ennemis insignifiants alors que certains boss se sont laissé éliminer en quelques coups.
Donc c’est un « oui, mais » qui viendra déterminer ma note de Darksiders III. Assurez-vous bien de vouloir un jeu au challenge relevé, parfois frustrant et à la finition limite pour un jeu de fin de vie des PS4 et Xbox One.
Malgré tout, il apporte de nouveaux éclaircissements sur l’histoire qui nous tient en haleine depuis 2010, il est donc indispensable aux fans qui veulent en savoir plus sur le sort qui attend Guerre

ATTENTION PARENTS !!!!!

Darksiders III n’est absolument pas pour les enfants. Ses démons et vilaines créatures peuvent effrayer les plus jeunes et sa difficulté peut rebuter plus d’un joueur. Il est donc à réserver à des fans de la licence qui veulent savoir la suite des aventures des Cavaliers de l’Apocalypse.

Produits disponibles sur Amazon.fr

Note
6.5/10
6.5/10

En ésumé

Darksiders III aurait pu être un très bon jeu de cette fin 2018. Malheureusement, une difficulté trop importante et une réalisation inégale l’handicapent grandement. Il est à réserver aux fans de la licence qui sont prêts à s’arracher des cheveux afin de connaître la suite des aventures des Cavaliers de L’Apocalypse.

J'aime

  • Un level design bien pensé
  • L’évolution de Fury grâce aux Abysses
  • Le système d’évolution simplissime
  • Fury badass à souhait
  • Enfin une suite aux aventure de Guerre et Mort

Je n'aime pas

  • Graphiquement en retard de 6 ans
  • De trop nombreux crashs
  • Encore des ralentissements malgré un patch
  • La caméra parfois insupportable
  • Les doublages français pas à la hauteur

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.