Daddy, à quoi tu joues ? #45 – Berserk and the Band of the Hawk

Berserk ! Avant de connaître l’animé, j’avais découvert Sword of the Berserk sur Dreamcast. C’était un jeu moyen, mais j’avais adoré l’univers du manga. Alors vous pensez bien que, lorsque j’ai appris l’arrivée de Berserk and the Band of the Hawk sur PS4, je n’ai pas pu m’empêcher de sauter dessus.
Merci à Koch Media de me l’avoir fourni pour vous en proposer le test.

Petite piqûre de rappel : Berserk est une série animée japonaise assez violente. On y vit les aventures de Guts, un puissant mercenaire qui combat avec une épée à la taille surdimensionnée. Il a intégré la Troupe du Faucon, dirigée par le très androgyne, mais non moins abominable, Griffith (on dirait un mélange de Sephiroth et de Lady Oscar).
L’histoire du jeu suit l’intrigue des 30 premiers tomes du manga, tout en restant plus sage dans sa narration, notamment en étant sévèrement censuré… Les combats sont d’ailleurs entrecoupés de cinématiques issues du film de 2012.

Berserk and the Band of the Hawk – De l’hémoglobine par hectolitres 

Berserk and the Band of the Hawk est un Musô, le style plus connu grâce aux Dynasty Warriors, imaginez donc que le jeu ne fait pas dans la dentelle. Pour les néophytes, un Musô vous plonge dans des combats gigantesques où une ou plusieurs armées s’affrontent. Vous vous retrouvez bien souvent seul contre des milliers d’ennemis à occire, notamment les officiers afin de sécuriser des zones.
Nous incarnons au choix Guts, Griffith, Casca et cinq autres membres de la Troupe du Faucon. Chacun bénéficie de ses propres capacités, mais Guts reste néanmoins le héros le plus complet. Avec son énorme épée, il est lent et puissant, il dispose de combos dévastateurs. Griffith est quant à lui un bretteur de talent, vif et précis…

Et nous voici sur le champ de bataille. Les objectifs sont bien souvent sommaires, avec quelques points stratégiques à conquérir et une poignée d’officiers ennemis à occire. De temps en temps, on a droit à un peu de défense de zone ou des escortes de villageois… Enfin bref, le leitmotiv principal est quand même de bourriner tant que possible.
Une jauge de Berserk est évidemment de la partie. Elle dispose de plusieurs niveaux à débloquer au fur et à mesure de l’aventure. Elle plonge le héros dans un état second qui, en fracassant ses adversaires et en récupérant leurs âmes, remplit une nouvelle jauge pour une furie encore plus dévastatrice.

Et c’est bien là que le bât blesse. Les ennemis hurlent sous nos combos et des hectolitres de sang viennent souiller notre héros et son épée, mais il ne suffit que de marteler une ou deux touches pour venir à bout de l’armée ennemie.
Pas de gros enchaînements de boutons pour sortir un coup spécial, pas de technique pour esquiver et contre-attaquer… Bien que le manga fasse dans le gore et l’utraviolence, un peu de finesse et de technique dans les combats n’aurait pas été de trop.

Les niveaux ne brillent pas non plus par leur diversité. Ils ont bien souvent la même architecture en couloir, seuls les décors changent. Cela donne malheureusement un sentiment de redondance et de déjà vu.

Berserk and the Band of the Hawk – Un écrin de qualité

Alors que son gameplay est des plus basiques, Berserk and the Band of the Hawk offre une qualité visuelle agréable. L’esthétique a été soignée, ce qui est assez rare dans ce type de jeu.
L’ambiance est très colorée, même si le rouge sang prédomine. Les décors sont relativement beaux, pourtant leur diversité est assez limitée.

Les personnages ont bénéficié d’un souci du détail précis. Les fans de la série seront ravis de voir que Guts, Griffith, Casca et consorts ont été modélisés à la perfection.

Il est à souligner que, malgré la multitude de Soldats affichés à l’écran, Berserk and the Band of the Hawk ne souffre d’aucun ralentissement. Ce qui est exceptionnel pour ce genre de jeu…

Pour ce qui concerne les musiques, ce sont celles issues de l’animé, elles s’intègrent donc parfaitement dans le jeu.
En revanche, il est indispensable de savoir correctement lire l’anglais, car Berserk and the Band of the Hawk est intégralement en japonais sous-titré dans la langue de Shakespeare.

Berserk and the Band of the Hawk – Mon avis

J’ai adoré retrouver l’univers de Guts dans Berserk and the Band of the Hawk. Mon côté bourrin a apprécié ces batailles dans lesquelles le maître mot est de défourailler à coup de Dragonslayer. Mais rapidement la lassitude prend le dessus et la quinzaine d’heures de jeu semble longue, très longue… et ce en comptant toutes les cinématiques et les missions doublons.
Il ne faut pas compter sur un multijoueur ou un mode supplémentaire, il faudra seulement se contenter des missions annexes pour récupérer les Behelit bonus, pour remplir les dernières cases d’illustration manquantes. Mais cela n’offre qu’un intérêt très limité.

Mon avis sur Berserk and the Band of the Hawk est donc très mitigé. Il est à réserver aux fans de l’animé qui cherchent à retrouver leurs héros sur PlayStation 4.

ATTENTION PARENTS !

Même si le jeu vidéo est censuré par rapport à l’animé et surtout au manga, Berserk and the Band of the Hawk n’est pas à mettre entre les mains des enfants. Je conseille même de jouer durant les heures de sieste ou la nuit afin d’éviter qu’un bambin déboule alors que le sang coule à flots…

[amazon template=template daddygamerchief&asin=B01LWM6V9Z]

J’aime Je n’aime pas
L’adaptation fidèle de l’oeuvre originale Bien trop répétitif
Une réalisation soignée pour ce type de jeu Des missions trop peu variées
Sous titres et menus exclusivement en anglais
Pas de multijoueur
Deux modes de jeu supplémentaires totalement inutiles

5/10
5/10
  • Scénario - 8/10
    8/10
  • Jouabilité - 7/10
    7/10
  • Graphismes - 8/10
    8/10
  • Bande son - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 5/10
    5/10

En résumé

Berserk and the Band of the Hawk est à réserver aux fans du manga ou de l’animé. Il s’agit d’un Musô à l’esthétique soignée, mais qui pêche par une redondance rebutante et d’un flagrant manque de durée de vie.

5/10
5/10
  • Scénario - 8/10
    8/10
  • Jouabilité - 7/10
    7/10
  • Graphismes - 8/10
    8/10
  • Bande son - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 5/10
    5/10

En résumé

Berserk and the Band of the Hawk est à réserver aux fans du manga ou de l’animé. Il s’agit d’un Musô à l’esthétique soignée, mais qui pêche par une redondance rebutante et d’un flagrant manque de durée de vie.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.