Daddy, à quoi tu joues ? #20 – Mon avis sur Pokémon Go

pokemon-goPokémon Go est disponible depuis environ trois semaines en France, mais grâce à un petit tour de passe-passe, j’ai commencé la chasse aux Pocket Monsters (eh oui, c’est leur vrai nom qui, contracté, a donné Pokémon) tout début juillet. De ce fait j’ai réussi à capturer pas mal de ces petites créatures et suis en mesure de vous donner mon avis sur ce jeu phénomène de l’été 2016.

Pokémon Go est un jeu free to pay… heuuuuuuuuuu, free to play ! Ce qui signifie qu’il est téléchargeable gratuitement sur iOS ou Android et qu’il dispose de nombreux objets trèèèèèèèèèèèèèèèès utiles et indispensables à acheter dans sa boutique.

Son principe est simple. Vous vous promenez avec l’application ouverte sur votre smartphone, lorsqu’un Pokémon apparaît il suffit de le capturer avec des Pokéballs. Le jeu fonctionne avec Google Maps, vous vous déplacez donc vraiment dans les rues de votre ville, que ce soit physiquement que virtuellement.
Pour trouver un maximum de Pokémon, il faut marcher, beaucoup marcher, car ces petites bestioles sont disséminées un peu partout dans votre ville, région, pays…
Vous trouverez un peu partout des PokéStops. Ils sont généralement positionnés sur des lieux particuliers dans votre ville (un monument, un bâtiment…). En les ouvrant, vous pourrez récupérer des Pokéballs, des potions pour soigner vos Pokémon, des rappels pour les ranimer ou des œufs de Pokémon.

Parlons justement de ces œufs. Ils nécessitent 2, 5 ou 10 kilomètres  de marche pour éclore avec l’aide d’un incubateur. Cela signifie qu’il va falloir encore marcher pour les voir éclore et dévoiler leur contenu.

Tout comme les PokéStop, vous trouverez des arènes un peu partout. Elles vous permettent d’affronter d’autres Pokémon afin de prendre possession du lieu. Il faut avoir des compagnons bien puissants afin de pouvoir conquérir et garder une arène, chacune d’entre elles où vous aurez placé un Pokémon vous rapportera 10 Poképièces toutes les 21 heures.

Ces pièces permettent d’acheter des encens, des leurres, des Pokéballs, des incubateurs, plus de place dans votre sac pour les objets ou plus de slots pour contenir des Pokémon.
Vous les gagnez donc en conquérant des arènes, mais il est aussi possible d’en obtenir en les achetant avec du vrai argent sur les stores d’Apple ou de Google.

Ce que j’aime avec Pokémon Go

Je ne peux pas conduire, je marche donc beaucoup. Avoir la possibilité de jouer tout en me déplaçant est un concept qui me plaît bien. Ma Grande Recrue a commencé à venir se promener avec moi pour découvrir quels petits monstres je vais capturer et s’est même mise à regarder la série sur Netflix

Voir des gens avec le smartphone à la main à proximité d’un PokéStop ou d’une arène donne l’occasion d’ouvrir une discussion facilement. Ça m’a permis de croiser des gens sympas que ce soit dans ma ville ou sur mes lieux de vacances.

Ce que je n’aime pas avec Pokémon Go

Pokémon Go est un jeu frustrant. Gratuit, mais frustrant !
En effet, suite à un bug, il n’y a plus la possibilité de repérer un Pokémon à quelques mètres près. Il y a bien une fenêtre qui présente les bestioles qui sont à proximité, mais il est fréquent de voir les plus importantes disparaître, ne laissant que les plus courantes. Le plus écœurant est de savoir que l’on n’est pas loin d’un Pokémon qui nous manque, mais de ne voir que des Roucouls, des Rattatas ou des Aspicots apparaître (trois espèces parmi les plus répandues)…

La frustration vient aussi des œufs. Les incubateurs fonctionnent en fonction des kilomètres marchés. Certains œufs nécessitent 2 Km, d’autres 5 ou 10 km de marche pour éclore. Mais le système de comptage choisi par les développeurs n’est pas un podomètre, mais le GPS. Alors qu’un podomètre comptera chacun de nos mètres parcourus, le GPS ne comptabilise que la distance entre deux points sur une durée prédéfinie.

Pokémon-Go-sreenshot-daddy-gamer-chief (16)

Cette solution fait que chercher des Pokémon dans les moindres recoins nous fera zigzaguer et, même si nous avons parcouru une longue distance, le GPS ne prendra en compte que la distance entre un point de départ et un point d’arrivée.
En gros, aujourd’hui j’ai fait une balade de 10 km et l’œuf que j’ai mis à incuber lors de mon départ n’avait pas encore éclot à mon retour. Pire, le GPS ne m’avait compté de 3,5 km de parcourus…
Je ne sais pas si je suis bien clair, alors voici une infographie qui explique le principe de manière plus compréhensible.

pokemon_go_schema_oeuf

Le troisième point qui me fait grincer des dents est l’inégalité entre les grandes agglomérations et la campagne. Les joueurs qui vivent à Paris ont déjà obtenu la majeure partie des Pokémon existants et ont pu monter les Points de Combats (PC) des plus puissants afin qu’ils deviennent imbattables. De son côté, le pauvre gars fan de Pokémon qui vit à la campagne doit faire 25 km pour trouver un PokéStop ou une arène et réussir à voir un Pokémon apparaître sur son écran relève du miracle.
J’en sais quelque chose, j’ai passé une semaine de vacances où la 4G est encore de la science-fiction et où on va brûler un cierge à l’église quand un Pokémon est aperçu… Et j’exagère à peine !

Enfin, il y a ce système de microtransactions. On peut acheter des Poképièces à des prix prohibitifs et notre pauvre gars qui n’a qu’un PokéStop à 25 km de chez lui doit payer pour avoir des Pokéballs ou des potions. Pourtant, le parisien n’a même pas besoin de bouger ses fesses de son canapé…

Pour conclure

Vous l’aurez compris, même si le principe de Pokémon Go est sympa, il devient très rapidement frustrant. Son utilisation consomme la batterie du smartphone à une vitesse indécente, il est donc nécessaire d’investir dans une batterie externe de grande capacité.
Les enfants vont s’amuser quelques jours avec, mais vont très vite le délaisser si vous habitez une commune rurale faute de Pokémon à attraper.

En ce qui concerne les idioties que vous avez pu lire durant tout l’été, sachez que Pokémon Go dispose d’une fonction vibreur qui permet de ne pas avoir l’œil rivé sur l’écran du smartphone. Ce n’est donc pas le jeu qui provoque des accidents, mais la bêtise de certains de ses utilisateurs…
Amusez-vous des vidéos montrant de groupes de gens courant comme des fous pour attraper un Pokémon, mais essayez-le et nous en reparlerons après… ;)

Si vous avez besoin de conseils, d’aide ou tout simplement de partager vos captures, venez me retrouver sur mon groupe spécial Pokémon Go sur Facebook : Daddy Gamer Chief Go.

[amazon template=template daddygamerchief&asin=B015XIFCRE]

Pokémon-go

Pokémon Go
3/10
3/10
  • Pokémon Go - 3/10
    3/10

En résumé

Pokémon Go est le jeu de l’été 2016, c’est indéniable. Pourtant il est bourré de défauts, Windows appellerait ça des erreurs fatales. En effet, pour en profiter il faut être dans une grande agglomération et avoir la 4G. Si vous habitez à la campagne la frustration sera telle que vous abandonnerez très vite…

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

5 Comments

  1. L'univers de Say-Lin 7 août 2016
    • Daddy Gamer Chief 7 août 2016
  2. L'univers de Say-Lin 7 août 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.