Début 2018, le constructeur de périphériques Mad Catz renaissait de ses cendres et avec lui sa division Tritton dont je possédais un AX Pro qui m’a toujours satisfait. J’ai donc accepté volontiers de tester le Kama +, le casque d’entrée de gamme de la marque.

Kama+ : le déballage

Le casque Tritton Kama+ est caché dans une boite en carton noire et orange avec quelques pointes de bleu afin de rappeler la compatibilité avec la PS4. Oui, ce n’est pas flagrant. En effet, bien que ce soit indiqué sur la boîte, une notice surannée ne nous présente qu’un branchement sur Wii U, PS Vita, 3DS ou smartphone/tablette… Ça sent mauvais le recyclage de vieux matos !

La boîte du Kama+

Hormis ce détail, on découvre un casque en plastique brillant, avec un micro non détachable et dépourvu de mousse pour réduire le souffle. Il est également équipé d’une télécommande sur son câble qui permet de régler le son avec une molette ainsi que d’un bouton pour couper le son du micro.

Le petit plus bien sympathique est la présence d’un répartiteur afin de bénéficier d’une entrée micro et d’une sortie audio, ce qui est fort pratique pour brancher d’autres périphériques.

Kama+ : l’utilisation

Bon, rassurez-vous, malgré ce qui est annoncé sur la notice, le Tritton Kama+ est bien compatible avec la PlayStation 4, la Nintendo Switch, les smartphones/tablettes et les PC. Mais la bonne surprise c’est qu’il fonctionne également avec les Xbox One… A une condition : posséder les manettes les plus récentes qui sont équipées de prises jack 3,5 mm.

La qualité sonore n’est pas dingue, surtout pour quelqu’un comme moi qui utilise au quotidien un casque Listen de Focal au rendu cristallin. Malgré son son stéréo basique diffusé par une paire de haut-parleurs néodymes de 40 mm, le Kama+ offre un son tout à fait acceptable pour un joueur occasionnel. Les basses saturent quelque peu, mais ne gêneront en rien une partie de Pokémon ou de Professeur Layton.

En revanche, le manque de précision sonore est un vrai problème lorsqu’on s’essaye aux FPS. En effet, la spatialisation stéréo ne permet pas de connaître l’origine d’un bruit, ce qui est particulièrement pénalisant pour le jeu en multijoueur.

Le micro ne brille pas non plus par sa qualité. Il permet d’avoir une communication correcte avec son équipe, mais à condition de trouver la bonne distance par rapport à la bouche pour ne pas devenir inaudible. L’ajout d’une mousse anti-souffle est également indispensable pour ne pas que nos coéquipiers se croient en plein ouragan…

Question confort, le Kama+ n’est pas non plus ce qui se fait de mieux, il assure le minimum syndical. En effet, l’arceau en plastique et les coussinets rembourrés sont recouvert de simili cuir pas vraiment anti-transpirant.

Après une bonne heure de jeu, je me suis retrouvé avec des douleurs aux lobes d’oreilles, ce qui m’a obligé à faire une longue pause avant de reprendre. En revanche, ma Grande Recrue a pu jouer sur sa 3DS ou avec son smartphone sans aucun problème. J’en ai donc déduit que le Kama+ est plus adapté à une petite tête d’enfant qu’à la mienne.

Kama+ : mon avis

Il ne faut pas se voiler la face, il est clair que pour moins de 30 € il est impossible d’avoir une qualité audio et un confort identique de ce qui est proposé par les casques haut de gamme. On en a toujours pour son argent.

Quoi qu’il en soit, le Kama+ est tout à fait acceptable pour un enfant qui joue occasionnellement lors de petites sessions. Il est donc évident qu’un gamer régulier ne pourra se contenter de ce casque pour de longues parties en multijoueur sur du Rainbow 6 ou du Call of Duty.

Acheter le TRITTON KAMA+ chez FNAC