Daddy, à quoi tu joues ? #38 – Resident Evil 7

Resident Evil a été pour moi, comme pour beaucoup de joueurs, un événement marquant dans l’histoire du jeu vidéo. Grâce à la 3D offerte par la PlayStation, Capcom a réussi à nous faire peur, vraiment peur…
Mais depuis 1996, les développeurs ont trop voulu presser le citron de la licence pour en extraire le jus. Cela a donné d’excellentq comme de très mauvais jeux.
Nous sommes 21 ans plus tard et le septième épisode vient de sortir sur PS4 et voici, depuis le fond de mon lit où je suis en PLS, mon avis sur Resident Evil 7.

Tout commence par une série d’email reçu par Ethan Winters. Sa femme, Mia, lui a envoyé une série de messages. D’abord joyeux, puis terriblement angoissants, elle finit par lui faire ses adieux et lui demande de ne pas venir la chercher… Conseil qu’il ne suivra pas.

Nous nous retrouvons donc dans la peau d’Ethan, en Louisiane, en plein Bayou, à la recherche de notre bien-aimée. Mais il semblerait qu’elle soit retenue prisonnière par une étrange famille de psychopathes…

Resident Evil 7 : Couches-culottes non fournies !

Dès les premiers instants, Resident Evil 7 nous prend aux tripes. Le jeu nous plonge dans une atmosphère angoissante. Comme le tout premier épisode de la série, nous sommes enfermés dans une maison, constamment  mis sous pression par les membres de la famille Baker.

Graphiquement, le jeu fait plaisir à voir. Globalement y a très peu de défauts à relever. Seules certaines ombres assez grossières et un clipping parfois trop présent font tache. Hormis ces deux remarques, Resident Evil 7 est beau. De près, comme de loin, les textures sont bien réalisées, les lumières s’y reflètent comme il se doit… tout est fait pour que l’on soit dans l’ambiance…

Les couleurs, très pâles, constamment dans des teintes froides, sont associées à des jeux de lumière qui ne laissent percevoir ou deviner que l’essentiel. Parfois, seul le faisceau de notre lampe torche nous permet de nous repérer. Cela, bien évidemment, couplé à une musique angoissante et des bruitages qui laissent deviner une présence proche, ajoute au stress permanent auquel nous sommes soumis.

Il faut dire que nos hôtes ont de quoi nous filer les jetons. Entre le père, Jack, qui ne pense qu’à nous trucider, la mère, Marguerite, qui ne semble pas avoir la lumière à tous les étages et leur fils, Denis, qui a prévu des pièges mortels… Il y a vraiment de quoi ne pas être rassuré. Seule la vieille grand-mère dans son fauteuil roulant semble être inoffensive.

Je vais m’arrêter là dans les descriptions, je n’ai pas envie de spoiler ceux qui ne se sont pas encore lancés dans l’aventure…

Resident Evil 7 – Dans le Bayou, personne ne vous entendra crier

Pour que l’ambiance pesante se fasse bien ressentir, il fallait que Resident Evil 7 soit agréable à jouer. Et c’est le cas !
Adieu la vue à la troisième personne, nous dirigeons désormais notre héros en vue subjective. Cela permet de mieux se plonger dans l’action, notamment lorsqu’on est pris par surprise… Cette vue a sans aucun doute été décidée afin que l’expérience sur le PlayStation VR soit la plus réaliste possible. Et il semblerait que ce soit le cas.

Avec cette vue FPS, les contrôles sont plus instinctifs, les déplacements plus précis et le rythme plus élevé. Mais les développeurs ont gardé l’essence des jeux de la série. Nous avons toujours un inventaire limité à transporter avec soi. Il faut donc choisir judicieusement quoi emporter. Les coffres sont également de retour, nous pouvons y placer tout ce que nous ne pouvons transporter. Leur contenu est disponible quel que soit le lieu visité…
Les machines à écrire ont quant à elles disparu, et c’est tout logiquement qu’en 2017 ce soient des magnétophones à cassettes qui les remplacent… C’est dommage que les rubans encreurs qui servaient à sauvegarder n’aient pas été remplacés par des cassettes audio, les sauvegardes illimitées rendant le jeu trop facile.
Du côté des herbes, seules les vertes sont encore là. Couplées à un produit chimique, elles permettent de créer des kits de soin. Ces mêmes composés chimiques peuvent servir à fabriquer des munitions si les bons composants sont disponibles (poudre à canon, explosif…).

Resident Evil 7 – Mon avis

Il est clair que Resident Evil 7 est un jeu qui met les nerfs à rude épreuve. Non pas que ses énigmes soient complexes, bien au contraire, mais pour le stress permanent qu’il nous fait subir. L’omniprésence de sons d’ambiance qui laissent les joueurs imaginer qu’ils ne sont pas seuls, que quelque chose va leur sauter dessus à tout instant.
C’est vraiment le type de jeu qui me fait regretter de ne pas avoir de PlayStation VR, l’expérience de jeu doit être terrible avec ce casque…
Il ne m’a fallu qu’une quinzaine d’heures pour finir Resident Evil 7, mais je le referai à coup sûr pour découvrir la seconde fin (et le Succès/Trophée qui va avec).
Je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans l’aventure. J’ai retrouvé le plaisir que je n’ai plus eu avec un jeu de la licence depuis Resident Evil: Code Veronica, que j’avais fait en japonais…
Je peux déjà dire, sans trop m’avancer, que Resident Evil 7 sera dans le top 5 des jeux de l’année 2017. Merci Capcom !

ATTENTION PARENTS !

Resident Evil 7 est stressant, parfois gore et certains monstres assez impressionnants. Ce n’est pas un jeu à montrer aux plus jeunes. Faites donc bien attention à ne pas avoir des enfants qui vous tournent autour lorsque vous jouez.
Il est clair que je ne le mettrais pas entre les mains d’adolescents dont l’âge ne dépasse pas 16 ans.

[amazon template=template daddygamerchief&asin=B01HHEMT1O]
J’aime Je n’aime pas
Une ambiance stressante et oppressante  Les boss trop faciles à battre
Graphiquement très plaisant Une aventure trop courte à mon goût
Des sons et musiques parfaitement réalisés pour faire monter le stress Un peu trop facile
Des énigmes assez recherchées Déconseillé aux cardiaques
Une aventure intégralement jouable au PlayStation VR
De nombreux clins d’œil aux autres jeux de la série et au cinéma d’horreur
Resident Evil 7
8.3/10
8.3/10
  • Scénario - 9/10
    9/10
  • Jouabilité - 8.5/10
    8.5/10
  • Graphismes - 8/10
    8/10
  • Bande-son - 9/10
    9/10
  • Durée de vie - 7/10
    7/10

En résumé

Resident Evil 7 est un jeu à faire absolument. Que vous ayez déjà joué à un épisode de la série ou non, vous devez vous lancer dans l’aventure. A moins que vous soyez cardiaques…
Un très bon retour aux sources pour cette licence que j’affectionne.

Resident Evil 7
8.3/10
8.3/10
  • Scénario - 9/10
    9/10
  • Jouabilité - 8.5/10
    8.5/10
  • Graphismes - 8/10
    8/10
  • Bande-son - 9/10
    9/10
  • Durée de vie - 7/10
    7/10

En résumé

Resident Evil 7 est un jeu à faire absolument. Que vous ayez déjà joué à un épisode de la série ou non, vous devez vous lancer dans l’aventure. A moins que vous soyez cardiaques…
Un très bon retour aux sources pour cette licence que j’affectionne.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.