Preview : j’ai testé le PlayStation VR

playstation-vrLa Paris Games Week 2015 restera dans les esprits pour le nombre de casques à réalité virtuelle présentés au public. HTC Vive, Oculus Rift (sur le stand Partouche) et bien sûr, le PlayStation VR.
J’ai eu la chance d’être convié par Sony pour un test avec le jeu London Heist, un jeu de tir dans la veine d’un Time Crisis.
Nombreux sont ceux qui pensent que ces casques sont l’avenir du jeu vidéo, vous trouverez un bout de réponse dans les lignes qui suivent…

Dans un premier temps, faute d’une caméra frontale qui permettrait de voir ce qu’il se passe devant nous, une personne est indispensable pour nous aider à installer le casque audio, puis à prendre les PlayStation Move en main. C’est vraiment dommage que l’on ne puisse voir notre environnement grâce à une caméra externe, cela pourrait éviter bien des accidents qui arriveront obligatoirement… (J’ai failli mettre une baffe au journaliste de France Info qui m’interviewait lorsque je jouais…).

Rigs-PlayStation-VR

En ce qui concerne le jeu, encore une fois le fait que ce soit impossible de voir où l’on se trouve fait qu’on est perdu. En effet, une fois le casque sur la tête, on perd toute notion de position dans l’espace et sans l’intervention de la démonstratrice, je n’aurais jamais réussi à me placer correctement face à la télé pour commencer à jouer.

En revanche, une fois que tout est bien placé et que le jeu démarre, on est plus là… enfin si, physiquement, mais notre esprit est dans un autre monde. Dans The London Heist, je suis passager d’une voiture roulant à tombeau ouvert sur l’autoroute afin d’échapper à ses poursuivants. Attaqué de toute part par des malfrats en voiture ou à moto, il faut attraper un pistolet mitrailleur posé sur le tableau de bord et des chargeurs de munitions dans la boîte à gants. Pour cela, il faut faire les mêmes mouvements que dans la réalité, hormis l’action de se saisir des objets qui se réalise en appuyant sur la gâchette du PlayStation Move. Pour recharger notre arme, il suffit de faire le mouvement d’attraper un chargeur, puis de mimer son insertion dans la crosse.

Je n’ai ressenti aucune une impression de profondeur, mais l’immersion est impressionnante. Une fois le jeu lancé, on est dedans. Malheureusement pour moi, je suis amblyope (j’ai un œil non voyant), et outre le fait que je ne vois que l’écran qui est face à mon œil valide, celui-ci ne reproduit pas ce que je pourrais voir réellement sans le casque. Un seul et unique écran panoramique aurait été plus judicieux pour que les personnes dans mon cas puissent profiter encore plus de leur jeu.london-heist-playstation-vr

Quoi qu’il en soit, ces petits désagréments se font rapidement oublier et les dix minutes de la démo s’écoulent trop rapidement.
Après avoir enlevé le casque et retrouvé la vraie vie, j’ai eu du mal à retrouver l’équilibre, la sensation n’est pas particulièrement agréable et, selon les rumeurs, il paraît que certains ont rendu leur petit déjeuner après avoir testé le PlayStation VR.

Venons-en au fait, mon avis. Est-ce que le PlayStation VR est l’avenir du jeu vidéo ?
Mon avis est partagé. D’un côté il y a l’immersion géniale et l’impression d’être ailleurs, de ne plus être dans le même monde. Mais de l’autre, il y a cette perte de repères dans le monde réel. Plus rien de ce qui nous entoure n’existe, notre cerveau est totalement tourné vers ce monde virtuel simulé par les écrans et les écouteurs… Déjà que nos jeunes ont du mal à décrocher des jeux vidéo, qu’est ce que ça deviendrait avec un tel accessoire ?

Je pense donc qu’il faudra compter avec le PlayStation VR et consorts à l’avenir, il faudra le prendre comme un accessoire non indispensable comme Kinect ou la PlayStation Camera. Il faut dire qu’avec un prix supposé de 400 € ajouté à celui de la PlayStation 4, l’addition risque d’être salée.
Il faudra donc que le prix des casques de réalité virtuelle devienne accessible à tous et que les jeux développés sur ce support soient vraiment révolutionnaires pour que le grand public adopte cette technologie.

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

One Response

  1. sacrepapa 31 octobre 2015

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.