PGW 2016 : les blogueurs, youtubers et twichers ne sont pas les bienvenus

KEYART-PGW2016-60x80.inddChaque année depuis sa création je me rends à la Paris Games Week. Je n’ai pas raté une seule édition ! J’en profite d’ailleurs pour remercier Madame-ma-Chérie de me laisser y aller malgré son désamour pour les jeux vidéo.
Mais cette année, il semblerait que je ne sois pas le bienvenu, tout comme mes amis blogueurs, youtubers, twichers…

La demande d’accréditation montre directement que nous sommes très mal considérés. En effet, la première page se divise en deux encarts : celui de gauche s’adresse à la presse et vouvoie ces messieurs-dames, alors que celui de droite tutoie allègrement les autres.
Le décor est déjà planté…

accred-pgw2016

Puis une jolie page blanche s’affiche avec nos obligations pour avoir droit au précieux sésame :

  • 25 000 visites uniques mensuelles minimum (Daddy Gamer Chief en reçoit 5 000 et c’est déjà très bien !) ;
  • Avoir 20 000 fans sur Facebook ;
  • Avoir 10 000 followers sur Twitter ;
  • Avoir 10 000 abonnés sur Instagram et 5 000 sur Twitch ;
  • Faire au moins un article sur le salon…

Ces chiffres sont astronomiques pour la plupart des gens qui, comme moi, essayent de partager leur passion. Il est même peu probable, voire impossible, que daddygamerchief.com atteigne un jour les 25 000 visites mensuelles…

accred-pgw2016-2

Concrètement, il ne suffit plus d’être passionné pour avoir la chance d’être accrédité à la Paris Games Week, il faut pouvoir être rentable pour eux.
Pourtant le salon est plein à craquer chaque année et ce n’est pas laisser travailler quelques blogueurs, youtubers ou twitchers qui va faire s’écrouler toute leur économie…
Alors oui, il y a Vigipirate, mais quand on veut pouvoir travailler on est prêt à montrer patte blanche sans aucun souci…

De plus, je ne me rends jamais aux journées ouvertes au public. Être présent à la journée “avant-première” favorise les rencontres avec les responsables commerciaux des éditeurs (qui sont invisibles les autres jours). Cela me permettait de vous proposer des articles et des tests basés sur du concret et non repris sur d’autres sites…

Donc sauf miracle, la Paris Games Week 2016 se fera sans Daddy Gamer Chief. Cela ne changera pas la face du monde, mais je tenais à dénoncer cette pratique qui nous empêche de travailler dans de bonnes conditions.

refus-accred-paris-games-week-2016

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 12, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père et ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Yun dit :

    Que dire … malheureusement oui, le facteur “pompe à fric” est un facteur primordiale pour eux maintenant.

    Mais il faut aussi les comprendre un minimum : beaucoup de blogueur demandent des accréditation presse pour aller sur le salon gratuitement et ne produisent pas de contenu de qualité ou pas du tout de contenu. Et certains “blogueurs” en profite. Donc s’ils donnaient des accréditation presse à tous les blogueurs passionnés de JV, au final cela représenterais beaucoup de monde, ce qui est une perte d’argent pour eux, mais aussi une surcharge de leur salon.

    Triste réalité, je te rassure, c’est pareil pour tous les salons, je pense notamment à Japan Expo.

  2. Vavache dit :

    Ce n’est pas tant le nombre de visites que je trouve hallucinant, les dernières années ils demandaient déjà 15 000 v.u/mois et c’est faisable quand le blog tourne pas mal, sans que ce soit un incontournable (je les fais et je pense avoir un blog très modeste). Même si 25 000 ça commence à éliminer pas mal de monde.
    Le nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux, c’est autre chose, et tu peux avoir un blog de qualité sans avoir envie d’ameuter les foules sur tous les réseaux. Je dirais même que certains savent y faire avec les réseaux sociaux pour être très bien vu mais au final font des articles bidons mais c’est un autre débat.

    Mais le pire n’est pas encore là, mais dans la considération de la PGW pour les blogueurs et autres, et ça n’est pas de cette année. L’accréditation concrètement elle donne quoi ? Elle donne l’entrée gratuite (et cette année pour seulement 2 jours), l’accès à la soirée de lancement (normalement réservée à la presse mais avec en fait des tonnes d’invités), et c’est tout. Oui, c’est tout, et ce n’est pas suffisant pour couvrir le salon correctement, car il faut comme tout le monde faire des heures de queues pour tester un jeu 10-15min, et à la soirée d’ouverture les gros stands PlayStation et Xbox sont ultra VIP et donc fermés au blogueurs que nous sommes. Des blogueurs accrédités ne publient rien ?! Qu’ils sanctionnent ceux-là, mais pas tout le monde, et qu’ils donnent les moyens d’avoir de la matière à bloguer avec des fast pass ou des facilités d’accès aux stands.

    J’ai eu la chance d’être accrédité l’année de lancement de mon blog il y a 5 ans alors qu’il en était encore à ses balbutiements, et j’ai vu la situation se dégrader chaque année jusqu’à me voir refuser l’accréditation l’année dernière alors que je rentrais dans les critères. Je n’ai même plus envie d’y aller de toutes façons.

    Quand je compare avec la Gamescom où je peux y aller avec un ami (les 2 accrédités pour mon blog), avec des rdv en business area pour des présentations, des pass vip et un espace presse pour les publications etc, c’est vraiment un autre monde, et je ne suis vraiment pas certain que ça fasse un manque à gagner pour la Gamescom bien au contraire car les retours sont nombreux,

    • Daddy Gamer Chief dit :

      Cette année les blogueurs accrédités n’ont plus droit à la soirée presse…
      Moi ce n’est pas tester les jeux qui m’intéresse dans cette soirée, mais les contacts que je peux récupérer chez les éditeurs.

      • Vavache dit :

        Et ça porte ses fruits chaque année ? Je n’ai jamais trouvé à laisser ma carte de visite ou à discuter projets dans ce genre de circonstances.
        Mais du coup, si tu y vas pour des contacts, et que tu ne couvres pas vraiment le contenu du salon (j’ai regardé par recherche sur ton blog je n’ai pas trouvé d’article concret décrivant le salon ou les des jeux présentés), on peut trouver normal que la PGW ne s’y retrouve pas vraiment et ne t’accrédite plus.
        Même si on est d’accord que la situation générale de la PGW vis-à-vis des blogueurs est catastrophique.

        • Daddy Gamer Chief dit :

          Bah je passe surtout du temps du côté de la PGW Kids et oui j’ai rapporté quelques contacts depuis que j’ai ce blog.
          J’ai fait un article avec plein de photos sur la PGW l’an dernier et cette année j’ai investi dans une caméra pour justement faire une visite en vidéo…
          Si la PGW faisait moins de difficultés à accréditer il y aurait plus d’articles, mais à chaque fois il a fallu que j’aille mettre la pression au point presse pour recevoir le précieux sésame qu’on me refusait par internet…

  3. Dad 3.0 dit :

    Mouaip, on peut comprendre que des orgas des salons cherchent à limiter les abus, mais là, je vois deux choses de détestables :
    – déjà le formulaire prête à confusion : il est indiqué qu’avoir été accrédité l’an dernier suffit… Sauf que donc, non…
    – la différence de traitement Blogueur/journaliste est effarante… On se croirait revenu 10 ans en arrière… Et je ne parle pas juste de la manière de s’adresser, mais également des conditions : entre la carte de presse et un article dans l’année écoulée pour le journaliste vs tout ce que tu a listé pour le blogueur… oO
    D’un point de vue personnel, ça donne une indication sur la qualité réelle d’un salon… Et bien évidemment, c’est moche pour la possibilité de rencontres.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.