Daddy, à quoi tu joues ? #105 – World War Z

Tout comme moi, vous avez très probablement vu le film World War Z avec Brad Pitt. Mais saviez-vous que son histoire est issue d’un roman éponyme écrit par Max Brooks ? Eh bien sachez qu’il s’agit également d’un jeu vidéo qui vient de sortir. Développé par Saber Interactive, il nous plonge dans un monde dans lequel une épidémie infecte les humains et les transforme en zombies…

World War Z

World War Z : les voyages forment la jeunesse !

Avec quatre destinations à découvrir, World War Z nous fait voyager à travers le monde. C’est donc à travers les rues de New York (ou plutôt son Métro), Jérusalem, Moscou et Tokyo que nous avons à nous frayer un chemin à travers les infectés à coup de fusil à pompe, de mitraillette ou de grenades à fragmentation.

Chaque épisode nous propose de choisir entre quatre personnages sains et de partir dézinguer de l’infecté avec une multitude d’armes. On peut choisir de jouer seul hors ligne avec l’IA qui dirige les trois autres protagonistes ou en multijoueur.
Mais avant toute chose, il faut choisir quelle est la spécialité de notre héros parmi six :
Fantassin, Artificier, Infirmier, Agent d’Appui, Surineur et Exterminateur. Chacune de ces classes apporte des armes de base et des atouts déblocables à partir de certains niveaux. Donc plus on joue avec un type de combattant, plus on monte en expérience et plus on débloque d’atouts. Ceux-ci sont des objets qui offrent des capacités de soutien bénéfiques pour l’ensemble de l’équipe.

Une fois le personnage et sa classe choisis, il ne reste plus qu’à déterminer le niveau de difficulté du chapitre et c’est parti !

World War Z

World War Z : apocalpysement vôtre

World War Z est un TPS, un jeu à la troisième personne dans lequel la caméra se place derrière le personnage du joueur. Cela offre une grande visibilité sur l’environnement, les infectés sont tellement nombreux et rapides qu’il est indispensable d’avoir les yeux partout. Heureusement, nos coéquipiers sont toujours là pour couvrir nos arrières (enfin en solo)…
C’est donc une orgie de balles qui commence !

En effet, World War Z ne fait pas dans la finesse. Chaque chapitre est divisé en plusieurs zones : celle en couloir qui impose de shooter les infectés pour pouvoir avancer, celle ouverte où des tourelles automatiques et autres pièges nous attendent pour un tower defense dantesque, ou encore celle où un PNJ nous demande d’aller ouvrir telle ou telle porte ou récupérer des caisses de ravitaillement tout en défouraillant de l’infecté à gogo…
Malheureusement, ce schéma se répète inlassablement et donne un aspect bien trop redondant au jeu.

World War Z

Heureusement, il y a également des moments impressionnants, notamment lorsque les infectés arrivent par dizaines et forment une pyramide pour atteindre notre cachette en hauteur.
Malgré ces quelques moments bien sympathiques, on se rend vite compte que World War Z se limite à de la simple extermination de zombies. Pour preuve, les très nombreux lieux où l’on peut se réapprovisionner en munitions et même trouver des armes bien plus puissantes que celles avec lesquelles on a commencé le chapitre.

Bien que l’on puisse jouer à quatre en coopération, il s’avère que le jeu en équipe est assez limité. Avant toute chose, il faut que nos coéquipiers ne se la jouent pas solo et participent à l’effort collectif. En effet, on peut soigner nos compères d’infortune, mais aussi les sortir d’une situation difficile lorsqu’ils se font attraper par un Bélier (un infecté footballeur US colossal) ou s’ils se font plaquer au sol…

World War Z

World War Z : l’apocalypse vous va si bien

Dans World War Z, ce qui saute le plus aux yeux est sa réalisation. Même si les infectés ont une IA digne d’un zombie décérébré (euphémisme), le reste du jeu est particulièrement plaisant. Graphiquement, on est en présence d’un jeu fort joli et sans fioritures. Il n’y a pas de surenchère d’effets pyrotechniques et ça offre un peu plus de réalisme, surtout que les textures sont de bonne qualité.
En revanche, les animations sont irrégulières. Les héros sont un peu trop rigides et les infectés ont parfois tendance à s’envoler avec un simple coup de fusil à pompe dans le buffet.

Enfin, il y a les différents modes de jeu en ligne qui offrent plus de variété. Au nombre de cinq, ils sont funs et super efficaces. Notamment les matchs à mort avec horde dans lesquels deux équipent s’affrontent sur une carte envahie par des zombies. Le but étant de tuer un maximum de joueurs ennemis tout en évitant de se faire bouffer par les infectés. Ici les classes de joueurs ont un rôle très important, car l’arme choisie peut aussi bien être un avantage ou un handicap.

World War Z

World War Z : mon avis

Mon avis sur World War Z est assez mitigé. J’aime les jeux bourrins, et World War Z l’est, mais peut-être un peu trop. En effet, à aucun moment il n’est possible de passer furtivement dans l’espoir d’économiser des munitions. À aucun moment on ne se retrouve à souffler pour résoudre un casse-tête ou pour regarder une cinématique. Chaque instant de calme (une trentaine de secondes) est utilisé pour préparer une défense efficace contre une horde d’infectés qui va déferler sur nous tel un tsunami…

Selon moi, World War Z est à réserver à un public qui saura y trouver du plaisir, notamment en jouant entre copains en coopération. Pour ma part, je préfère de loin des jeux qui offrent une vraie histoire et une immersion profonde tels que Resident Evil 2 ou Days Gone (prochain test à venir).

ATTENTION PARENTS !!!!!!!!

Evidemment, World War Z est violent, gore, stressant… Il n’est donc pas à mettre entre des mains trop jeunes !

 

World War Z
Note
6.5/10
6.5/10

En résumé

World War Z s’inspire de Left 4 Dead pour sa mécanique de jeu, malgré tout l’expérience de jeu est différente. Bien moins technique, il se limite à être un gros défouloir dans lequel l’IA des infectés est aux abonnés absents. Son mode campagne manque cruellement d’intérêt et d’intensité. En revanche, son mode multijoueur devrait vous faire passer quelques bons moments, surtout si vous jouer entre potes…

J'aime

  • Bourrin à souhait
  • Une campagne longue et sympa à faire en coop…
  • Les modes multijoueurs vraiment sympas
  • Les pyramides d’infectés
  • Un contenu assez dense

Je n'aime pas

  • L’IA à la ramasse
  • …mais sans trop d’intérêt en solo
  • Les classes qui ont très peu d’impact sur le gameplay

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 12, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père et ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

One Response

  1. Jude 11 octobre 2019

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.