Daddy, à quoi tu joues ? #39 – NIOH

« Mais que diable allait-il faire dans cette galère » ? Cette phrase issue des Fourberies de Scapin de Molière me convient parfaitement. Il faut dire que j’ai adoré les jeux Ninja Gaiden de la Team Ninja et que sur le papier Nioh me plaisait bien… On m’avait pourtant prévenu que c’est un jeu dans la même veine que Dark Souls
Et pourtant je me suis lancé dans l’aventure… Voici mon avis sur Nioh, un jeu qui met les nerfs à rude épreuve.

Ça commençait pourtant très bien. Je me suis retrouvé aux commandes d’un samouraï nommé William Adams, prisonnier de la Tour de Londres d’où il faudra l’aider à s’enfuir.
Cette petite mise en bouche aide à se familiariser avec les commandes et le système de jeu. Mais le plus dur reste à venir…

Nioh – un seul mode : démence !

Avec Nioh, la Team Ninja propose aux anciens joueurs tels que moi de se retrouver dans une atmosphère bien connue. Grâce à une patte graphique qui rappellera de bons souvenirs à tous ceux qui ont joué à Onimusha, à un gameplay proche d’un Ninja Gaiden et à toutes les options proposées par un action-RPG , le jeu a tout pour plaire au plus grand nombre.

Et puis il y a la promesse d’une aventure épique avec des combats dantesques contre des démons terrifiants, des lieux sublimes à traverser et une diversité d’ennemis à embrocher assez impressionnante.

Même les musiques et les sons, de grande qualité, plongent les joueurs au cœur d’une ambiance Japon féodal terrifiante…

Comme tout action-RPG qui se respecte, Nioh propose une gamme impressionnante d’armes et armures. Il est important de bien regarder les derniers objets ramassés, certaines capacités qu’ils proposent peuvent être primordiales en combat. Il y a aussi de nombreux pouvoir et esprits protecteurs à utiliser à bon escient afin d’avoir une chance de venir à bout de la multitude d’ennemis qui barrent notre chemin…

Nioh – Mourir ou mourir… À vous de choisir !!!

Nous y voilà ! Nioh est un jeu ultra exigeant, qui ne laisse pas la place à l’approximation. En effet, foncer dans le tas et fendre l’air à tout va avec un katana ne suffira pas à progresser. D’une part à cause d’ennemis qui gèrent plutôt bien les esquives et une garde efficace, mais surtout à cause du Ki.

Ki donc ? Une barre d’endurance qui se vide à mesure que nous fatiguons notre héros. Courir, frapper, parer, esquiver… tout cela a un coût en Ki. Une fois cette jauge utilisée, il faudra quelques secondes à William pour reprendre son souffle, un laps de temps bien suffisant pour la plupart des ennemis pour lui asséner un coup fatal.

Une fois qu’on a compris qu’il vaut mieux éviter de bourriner, qu’il faut utiliser son arsenal à bon escient, les soldats ennemis deviennent plus aisés à vaincre… mais la moindre erreur est fatale !

Du côté des boss, c’est une autre paire de manches. Le bestiaire est mortellement horrible à affronter. Les esprits protecteurs deviennent indispensables pour espérer les battre et une bonne gestion du Ki reste la base du combat.
Mais rien n’est acquis d’office ! Il faudra mourir et mourir encore pour trouver la faille, le petit truc qui nous rendra victorieux… ou pas ! Il faudra s’accrocher, recommencer, changer d’armement, d’armure, voire même aller battre quelques seconds couteaux pour récolter quelques rations de plus. Il faut beaucoup de patience pour venir à bout du premier boss de Nioh, arriver à la fin de l’aventure relève du masochisme !

Nioh – Mon avis

Je ne vais pas vous le cacher, Nioh n’est absolument pas mon style de jeu. Avec l’âge, et surtout les enfants, jouer est encore plus devenu un loisir. Je veux jouer et non me prendre la tête !
Nioh fait partie de cette catégorie de jeux tellement durs que je ne prends pas de plaisir à les faire et j’ai même du mal à comprendre comment on peut aimer se faire mal à un tel point…
Mais bon, ma fierté de gamer en a pris un sérieux coup quand j’ai appris hier que mon petit cousin de 9 ans avait déjà torché Dark Souls et Nioh… (et j’en ai profité pour engueuler mon oncle pour le non-respect du PEGI…)
Je ne sais trop quoi vous dire. Ce jeu a tout pour me plaire, sauf une difficulté exacerbée…
Ne vous fiez surtout pas à la « presse spécialisée » qui lui met un 18/20, non pas qu’il soit mauvais, mais parce qu’il faut avoir le temps et l’envie de faire Nioh, ce qu’un parent n’a pas forcément en stock.
En tout cas, je tiens à vous le dire tout de suite que les amateurs de Léa Passion Vétérinaire, Candy Crush et autres Clash of Clans doivent passer leur chemin car Nioh est réservé à un public qui n’a pas peur de mourir et de recommencer des centaines de fois, au bas mot…

ATTENTION PARENTS

Nioh, n’est pas pour les enfants. D’une part il est extrêmement difficile, mais il est aussi violent d’autre part. En effet, voir ses ennemis tranchés au katana n’est pas la meilleure des choses pour les plus jeunes. D’autant plus que certains démons sont très impressionnants.

Produit disponible sur Amazon

Nioh

Vendu par : Sony
Prix : EUR 29,84


J’aime Je n’aime pas
Une grande aventure au cœur du Japon féodal Une difficulté exacerbée
La gestion du Ki Une interface assez peu pratique
Une grande diversité d’armes et armures
Une prise en main agréable

Nioh
6/10
6/10
  • Scénario - 6/10
    6/10
  • Jouabilité - 2/10
    2/10
  • Graphismes - 6/10
    6/10
  • Bande-son - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10

En résumé

Difficile de rester objectif lorsqu’on a pas aimé un jeu. Quoi qu’il en soit, Nioh aurait pu me plaire si seulement il avait été moins dur. Je sais que c’est à la mode de vouloir sortir de jeux pour la catégorie « élite » des gamers et il est clair que je n’en fait pas/plus partie…

 

Nioh
6/10
6/10
  • Scénario - 6/10
    6/10
  • Jouabilité - 2/10
    2/10
  • Graphismes - 6/10
    6/10
  • Bande-son - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10

En résumé

Difficile de rester objectif lorsqu’on a pas aimé un jeu. Quoi qu’il en soit, Nioh aurait pu me plaire si seulement il avait été moins dur. Je sais que c’est à la mode de vouloir sortir de jeux pour la catégorie « élite » des gamers et il est clair que je n’en fait pas/plus partie…

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

One Response

  1. Domnique Rosa 16 février 2017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.