TEST : mon avis sur la console Nintendo Switch

À l’occasion de l’annonce de la Nintendo Switch le 13 janvier dernier, j’avais été invité à la tester au Grand Palais à Paris. Cela m’avait permis de publier un premier avis sur la console, mais il était évidemment incomplet.
Cela fait maintenant un peu plus d’une semaine que je l’ai reçue et que j’y joue quotidiennement. Voici donc mon avis définitif sur cette nouvelle console hybride.

Je vais faire un petit rappel pour tous ceux qui, s’il y en a, ne connaissent pas la nouvelle console de Nintendo.

La Switch est une console deux en un. Branchée à la télé elle fonctionne comme une console normale, mais il est possible d’en sortir une tablette qui permet de jouer à tous vos jeux, avec la même sauvegarde, où que vous soyez. C’est le rêve de tout joueur depuis toujours !

La Nintendo Switch est composée d’une tablette tactile, de deux Joy-Con (la manette en 3 morceaux) qui viennent se fixer dessus et d’une base connectée à la télé.

Nintendo Switch – Les specs

Contenu de la boîte:

  • La console Nintendo Switch ;
  • La station d’accueil Nintendo Switch (qui maintient la console et la connecte au téléviseur) ;
  • Un câble HDMI ;
  • Un chargeur USB Type-C ;
  • Un Joy-Con L et un Joy-Con R ;
  • Un support Joy-Con (sur lequel les deux Joy-Con peuvent être combinés afin de former une seule manette) ;
  • Deux dragonnes pour Joy-Con.

Nintendo Switch – Le mode TV

Nintendo avait prévenu depuis longtemps, la Switch ne se battrait pas dans la même catégorie que les PlayStation 4 et Xbox One. Au niveau puissance, elle se situe plus au niveau d’une PS3 boostée. Mais là n’est pas l’important. Nintendo a toujours préféré mettre en avant un gameplay aux petits oignons plutôt que des graphismes à couper le souffle.

L’interface de la console est des plus simple. Un écran blanc, ou noir, c’est au choix, et quelques icônes pour lancer un jeu ou paramétrer la console. On est là dans le simplissime.
Il n’y a pas de navigateur pour aller se balader sur internet, pas d’applications tierces, d’options de streaming… rien de ce que l’on peut trouver sur les concurrentes. L’entreprise japonaise a choisi la sobriété et du jeu, du jeu et encore du jeu.
Normalement, Netflix et d’autres services de streaming devraient débarquer dans un futur proche, mais sans aucune autre information de disponibilité.

Sur la télé, la Switch n’affiche « que » du 1440p, une définition bâtarde, mais qui suffit amplement aux jeux proposés.
On m’a toujours dit « qui peut le plus, peut le moins », les développeurs ont dont su s’adapter et nous proposer des jeux au rendu visuel plus qu’honorable.

Nintendo Switch – Le mode tablette

Tout l’intérêt de la Switch est qu’il est possible de la transporter partout. La base reste connectée à votre télé et vous ne partez qu’avec la tablette. Il suffit d’y attacher les deux Joy-Con (il va falloir s’y habituer à ce nom) pour avoir une console portable à grand écran qui affiche les jeux en 720p.

Une fois en mode console portable, vous pouvez utiliser la console où bon vous semble sans avoir besoin de réinstaller les jeux, avec vos sauvegardes habituelles et sans avoir à éteindre la console.
C’est ça que je trouve génial. Vous jouez sur la télé, mais vous devez partir. Vous prenez juste la tablette (et les Joy-Con) et votre jeu apparaît dessus, sans transition… ou presque !

Donc vous pouvez jouer à The Legend of Zelda: Breath of the Wild, Fast RMX, Super Bomberman R ou tout autre jeu où que vous soyez.

La tablette n’a pas un écran en verre comme un iPad ou tout autre appareil nomade actuel, le sien est en plastique. Pour moi qui suis parent de 3, bientôt 4 enfants, savoir que l’écran est incassable est indispensable… même s’il y a peu de chance que je laisse mes Taz jouer en mode tablette, seuls et sans surveillance.

Nintendo Switch – Le mode posey (merde, v’là que je parle djeun’s)

La tablette dispose d’un morceau de plastique qui se détache et vient faire office de pied afin qu’elle tienne seule debout. Détachez les Joy-Con (ça y est, vous avez assimilé leur nom ?) et vous aurez une manette (en les associant avec leur support) ou deux pour jouer à 1 2 Switch, Mario Kart 8 ou Snipperclips.

Ainsi, où que vous soyez, vous avez un petit écran pour jouer.
La manette PRO est également compatible, même si elle ajoute de l’encombrement, elle peut permettre à un joueur supplémentaire de venir participer aux parties multijoueur en écran splitté.

Nintendo Switch – Les Joy-Con

Ces deux petites manettes sont l’idée de génie de Nintendo.
Couplées à la tablette, elles permettent de jouer en mode console portable. Assemblées avec leur support adapté, elles forment une seule et même manette pour la Switch en mode télé ou en jeu posé dans un coin.
Mais là où elles seront utilisées à leur juste valeur c’est dans Mario Kart 8 et Arms. En effet, elles sont bourrées de technologie gyroscopique et de vibrations HD. De ce fait, les mouvements de la main seront fidèlement retranscrits à l’écran dans le jeu de combat, tout comme les inclinaisons dans Mario Kart. Les vibrations, quant à elles, offrent des sensations inédites comme s’il y avait un objet ou un liquide dans la manette.

Nintendo Switch – Le PRO-controller

Il y a des gens qui, comme moi, ont des grosses mains. Les Joy-Con sont alors trop petits pour jouer confortablement et régulièrement en mode TV. Une manette classique avec les mêmes fonctions gyroscopiques et de vibration HD que les Joy-Con est donc indispensable. Il s’agit de la manette PRO qui, malheureusement, a un prix un peu trop élevé affiché à 69.99 €. Plus chère qu’un jeu !

Nintendo Switch – Les jeux

Avec la Switch, Nintendo revient au format cartouche. Non, ne vous attendez pas à la taille des cartouches Nintendo 64 ou Super Nintendo, il s’agit de petites cartes, comme des cartes SD, à insérer dans la console.
Afin que les enfants ne tentent pas de les avaler, elles sont enduites d’un produit au goût écœurant. Le format cartouche possède quelques avantages par rapport aux CD, DVD, Blu-ray et autres formats sur disques, elles offrent notamment des temps de chargement considérablement réduits.

La console dispose également d’un port pour carte micro SDXC. Il accepte des cartes jusqu’à 2To.
Ces cartes permettent de stocker les jeux dématérialisés achetés sur l’eShop ou de transférer les captures d’écran vers le PC.

Nintendo Switch – Et mon avis dans tout ça ?

Clairement, je suis à 100 % conquis par la Nintendo Switch. C’est exactement le concept que j’espérais depuis des années. Pour moi qui suis papa de famille nombreuse, les occasions de jouer sont assez rares hors des périodes de sommeil des enfants. Alors, pouvoir attraper la console pour pouvoir poursuivre ma partie en attendant les filles à la sortie de l’école, dans la salle d’attente du médecin ou partout ailleurs est une fonctionnalité précieuse pour moi.

La Switch ne sera pas ma console de prédilection, je lui préférerai toujours la Xbox One, la Scorpio en fin d’année. Elle me servira pour les grosses exclusivités telles que Zelda, Mario, Pokémon… Mais malgré tout j’aime ce concept novateur, la simplicité de son interface et j’espère rapidement voir Netflix y être disponible.
Elle sera tout de même toujours dans une sacoche à portée de main lors des voyages en voiture et surtout lorsque nous partons en vacances là où il m’est impossible d’emporter une console de salon.

Le fait que la tablette se charge avec un port USB de type C me permettra de limiter le transport de multiples chargeurs et surtout de la recharger grâce à mes batteries externes. D’autant plus que son autonomie est assez faible en mode nomade, seulement 5 à 6 heures pour des jeux peux gourmands en ressource et seulement 2 à 3 heures si on joue à The Legend of Zelda: Breath of the Wild
Je regrette malgré tout le positionnement de ce port, situé sur la tranche inférieure de la tablette. Il est logique pour pouvoir connecter la console à son dock, mais ne permet pas de jouer en mode semi-nomade sur une table tout en la rechargeant…

Puisque je parle des défauts de la Switch en mode tablette, la luminosité la rend quasiment inutilisable en extérieur s’il y a trop de soleil, c’est quand même bête pour une machine conçue pour fonctionner partout… Il y a bien une option pour gérer la luminosité de l’écran, mais ce n’est pas suffisant pour un confort de jeu optimum.
Je trouve également dommage qu’il ne soit pas possible de connecter un casque audio sans fil et j’espère que Nintendo offrira cette possibilité lors d’une prochaine mise à jour.

Je n’exclus pas d’acheter certains jeux en double pour pouvoir y jouer en mobilité. Je regretterai juste que les sauvegardes ne soient pas stockées sur des serveurs gérés par les éditeurs, ce qui permettrait de charger sa partie, quelle que soit la console utilisée…

Nintendo Switch – Du côté des enfants

Lors de la prise en main de la Switch le 13 janvier dernier, je vous disais trouver la console fragile pour la mettre entre les mains des enfants, notamment des plus jeunes. Depuis, j’ai appris que son écran n’est pas en verre, mais en plastique. Il craint donc bien moins les chutes que celui d’une tablette Android ou d’un iPad.
J’ai vu quelques drop tests sur la toile et ai été surpris par la robustesse de la machine. Je ne la mettrais pas entre les main de mes deux derniers, qui sont des destructeurs en puissance, mais je la confierais sans aucun problème à ma Grande Recrue, même si elle est maladroite…

Le contrôle parental mis en place par Nintendo fonctionne via une application mobile. Depuis mon smartphone, je peux contrôler à distance le temps de jeu autorisé par jour et déterminer si la console doit s’éteindre une fois le crédit de temps épuisé. Il m’est aussi possible de bloquer le contenu non adéquat à l’âge des enfants et les fonctionnalités en ligne. Je vous en parle plus en détail dans mon tuto.

[amazon template=template daddygamerchief&asin=B01M6ZGICT]

J’aime Je n’aime pas
Passer du jeu sur télé à la tablette en un clin d’œil La faible autonomie en mode tablette
Prolonger sa partie même hors de chez soit 1 2 Switch non livré avec la console
Une interface épurée Manque de jeux au lancement
Les manettes Joy-Con modulaires innovantes Pas encore de console virtuelle
Semble être kids friendly avec une robustesse inégalée pour un tel appareil Pas encore de service de Streaming
Les captures d’écran prises en un clic sur un bouton… …mais leur partage nécessite de sortir du jeu
L’écran est très peu lisible en plein soleil

Nintendo Switch
  • Mon avis

Nintendo Switch
  • Mon avis

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles, une de 9 ans, une de 3 ans et une toute fraîchement née ainsi que d'un petit garçon de 2 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père, ma passion pour le jeu vidéo et le basket. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites tels que jeuxvidéo.com ou GamerGen.com, mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

6 Comments

  1. José 12 mars 2017
    • Daddy Gamer Chief 12 mars 2017
  2. ametthyste 12 mars 2017
  3. SuzuKube 19 mars 2017
  4. warsiny 3 novembre 2017
    • Daddy Gamer Chief 3 novembre 2017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.