Daddy, à quoi tu joues ? #114 – Bee Simulator

Bee Simulator ! Il fut un temps où je n’aurais probablement pas jeté un œil sur ce jeu. Et pourtant… Aujourd’hui, les abeilles sont classées parmi les espèces en voie de disparition.
Si jamais elles venaient à ne plus être sur Terre, il y n’y aurait presque plus de pollinisation, donc moins de variétés de fleurs et de plantes, plus de miel (hormis le truc dégueux composé d’eau et de sucre vendu en supermarché)… Enfin bref, notre belle planète s’en remettrait sûrement, mais pas l’espèce humaine.

Il est donc temps de réagir et d’éduquer nos semblables sur le péril qui pèse sur ces petits insectes. Et pourquoi pas un jeu vidéo ?

Bee Simulator : un jeu qui fait le buzzzzzzzzz !

Dans Bee Simulator on joue le rôle d’une abeille qui vient tout juste de naître. Après avoir été officiellement nommée au rôle de pollinisatrice, elle part découvrir le monde qui entoure son essaim et ses dangers.

On se retrouve dans un parc qui ressemble étrangement à Central Parc à New York. C’est au creux d’un chêne que les abeilles ont élu domicile. Malheureusement, les humains ont décidé d’abattre l’arbre et il faudra rapidement trouver un autre lieu où installer la reine et les larves.

On parcourt ainsi le parc à la recherche de fleurs à butiner, d’abeilles à sauver et d’ennemis à combattre. En effet, les dangers sont très nombreux et il n’est pas rare de devoir affronter guêpes et frelons agressifs pour sauver une de nos congénères ou tout simplement notre peau. Mais il faudra également faire attention aux toiles d’araignées et aux pièges qui jalonnent notre chemin.

Bee Simulator : dur, dur, d’être une abeille !

Bee Simulator se joue comme un jeu d’avion ou d’hélicoptère. On dirige notre abeille de gauche à droite et de bas en haut, avec la possibilité d’aller en avant, en arrière et de voler plus vite grâce à un boost de sucre. C’est en se délectant des gâteaux et sucettes laissés de-ci de-là par les humains que l’on recharge le petit insecte.

Voler est très simple et notre objectif est marqué afin de ne pas se perdre. On dispose également d’une “vue abeille”, qui nos donne la possibilité de voir le monde en noir et blanc, hormis le pollen des fleurs. En effet, il y a différentes qualités de fleurs dans Bee Simulator, en butiner une de “qualité exceptionnelle” permettra à notre abeille de récolter plus de pollen. Cela fait donc moins de fleurs à visiter et donc moins de fatigue pour le petit insecte.

Il y a également le vent qui peut nous jouer des tours. Non pas qu’il soit particulièrement embêtant, mais une petit bourrasque peut nous faire perdre du temps dans une mission de “course” et nous imposer de recommencer l’épreuve.

Mais l’élément le plus dangereux pour nous c’est les missions secondaires. L’histoire de Bee Simulator se termine en deux petites heures, sans forcer et en se baladant pépère. Alors, pour donner un peu plus de corps à leur jeu, les développeurs de Varsav Games Studios ont ajouté des missions qui viennent grossir quelque peu la durée de vie du jeu.

Il s’agira donc de combattre guêpes et frelons grâce à des enchaînements d’attaques et de protections avec des QTE (appuyer sur la touche qui s’affiche à l’écran dans le bon rythme), mais aussi de vaincre un insecte à la course en passant dans des cercles verts et en évitant de nombreux obstacles, de réaliser la même danse qu’une amie abeille pour découvrir une fleur de qualité “mythique”, etc.

Malheureusement, bien que les développeurs aient pris comme exemple Central Park pour son zoo, son étang et sa serre de plantes tropicales, les environnements sont trop peu nombreux. Il y a bien les saisons qui passent et donc une modification de la luminosité et des couleurs, mais cela a bien trop peu d’importance dans l’histoire de Bee Simulator.

L’interaction avec les humains et les animaux sont nulles. Hommes, femmes et enfants restent immobiles, même après qu’on leur ait planté le dard sur le visage. Idem pour les chien, corbeaux et pies qui auraient très bien pu tenter de gober notre pauvre abeille…

Malgré ces défauts, le jeu reste agréable à jouer, surtout à deux avec l’écran splitté. C’est une excellente opportunité de voler en duo avec un enfant et de lui montrer comment se déplacer ou combattre tout en lui expliquant que les abeilles ont les mêmes difficultés dans la nature.

Graphiquement, on n’est pas en présence du plus beau jeu qui soit, mais le résultat est plus qu’honorable pour un petit studios. Les décors sont colorés, les insectes particulièrement bien modélisés et il faut vraiment s’approcher trop près de certains décors pour y trouver un défaut de texture ou un bug de collision. Il y a également un peu de clipping et un brouillard permanent lorsqu’on regarde au plus loin, mais ce sont des soucis techniques dont on fait facilement fi

Dans l’ensemble, Bee Simulator est un plaisir à parcourir.

Bee Simulator : mon avis

Malheureusement, Bee Simultator n’intéressera que peu de temps un gamer chevronné, en revanche il sera une parfaite occasion pour lui d’accompagner enfants et anciens. En effet, outre le côté ludique, il s’agit d’éduquer petits et grands à l’importance qu’a ce petit insecte sur notre planète.

Pour moi, outre la durée de vie du mode histoire, outre la difficulté peu élevée et les défauts de Bee Simulator, il faut voir plus loin en se disant que pour l’achat du jeu, 1 € sera reversé à l’association GoodPlanet qui tente de préserver la biodiversité.

Enfin, je tiens à préciser que Bee Simulator est un jeu agréable à faire, surtout en coopération avec un enfant. Il fait partie de ce que j’appelle les “jeux snacking”, ils ne sont pas longs ni difficiles, mais c’est un plaisir de les ressortir de temps en temps pour se refaire une petite partie.

Cliquez sur l’image de votre choix pour acheter Bee Simulator chez FNAC.COM
Daddy, à quoi tu joues ? #114 - Bee Simulator

Nom du jeu: Bee Simulator

Description: Bee Simulator est un jeu dans lequel on joue une petite abeille qui doit découvrir le monde qui l’entoure pour sauver son essaim. Chaque exemplaire vendu rapporte 1€ à la fondation GoodPlanet qui tente de sauvegarder la biodiversité.

Note
6/10
6/10

En résumé

Bee Simulator est une ode à la nature, à cette fonction de régulateur qu’ont ces petites abeilles fragiles. Le jeu nous plonge dans la peau de l’une d’entre-elles afin de l’aider à sauver son essaim tout en tentant d’éviter tous les pièges qui se dressent devant elle.
Jeu aux petits moyens, Bee Simulator est court et n’est graphiquement pas à la hauteur des attentes actuelles. Il est malgré tout a avoir dans sa ludothèque afin de sensibiliser le plus grand nombre au triste sort qui est réservé à ces petites bêtes. De plus, pour chaque jeu acheté, 1€ est reversé à la fondation GoodPlanet !

J'aime

  • Une ode à la nature
  • 1€ reversé à la fondation GoodPlanet pour chaque jeu acheté
  • Jouer une petite abeille
  • Une aventure riche en couleurs
  • Parfait pour faire découvrir les abeilles aux enfants

Je n'aime pas

  • Une histoire de seulement 2 heures
  • Pas mal de bugs
  • Une interaction avec les autres animaux assez faible
  • La caméra souvent casse pieds

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 12, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père et ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.