Vanou à quoi tu joues ? #4 -Returnal

Si les consoles nouvelles générations sont sorties depuis la fin de l’année dernière, on attend encore les jeux exclusifs qui vont en tirer pleinement parti. Sony ajoute une corde à son arc avec Returnal, une exclusivité PlayStation 5, mais est-elle à mettre entre toutes les mains ?

Returnal est développé par le studio Housemarque que les joueurs PlayStation connaissent déjà pour entre autres, Resogun, une exclusivité disponible au lancement de la PS4, qui était un petit shoot’em up bien nerveux et très sympathique. Ils passent maintenant dans la cour des grands avec un jeu d’aventure, tir à la troisième personne de catégorie AAA (oui, comme pour les steaks).

Nous incarnons Selene, un mélange de Ripley (Alien) et Samus Aran (Metroid) dont le vaisseau échoue sur la planète Atropos. Nous allons donc suivre ses péripéties dans un environnement très hostile… Les monstres parsèment notre chemin, nous avons un petit pistolet au départ, et nous allons débloquer des fonctionnalités spéciales ainsi qu’un nouvel équipement dans les coffres que nous trouverons un peu partout. Plus on arrive à enchaîner les ennemis, plus notre jauge d’adrénaline augmente permettant à nos tirs de faire plus de dégâts. Nous pouvons aussi nous équiper de petites bestioles étranges qui nous offrent de nouvelles capacités, mais peuvent en même temps en diminuer d’autre. Il faut donc s’équiper adéquatement selon nos préférences de jeu.

Mais en arpentant la planète, on découvre des notes, des écrits, dont certains proviennent de… nous-mêmes ? Sommes-nous déjà venus ici ? Un ennemi assez coriace vient nous faire comprendre ce qui se passe. Nous sommes enfermés dans une boucle spatio-temporelle où à chaque fois que nous succombons à nos blessures, nous réapparaissons sur cette planète…

Et voilà tout le concept du jeu qui prend son essence, Returnal est un rogue-lite. C’est-à-dire un jeu dans lequel nous recommençons tout à chaque mort, et où l’environnement est généré aléatoirement. Vous ne ferez donc jamais 2 fois la même partie, et chaque cycle peut être complètement différent de par ses ennemis, ses plateformes ou les objets que nous récupérons. On peut avoir un cycle très facile, et un autre à la limite des capacités humaines. Et à chaque nouveau cycle, nous perdons tout, enfin presque tout. L’équipement spécial comme le second tir, ou une épée reste en notre possession. Et si vous perdez face au boss du niveau, il va falloir tout se retaper, plus de 30 minutes de jeu à chaque fois pour espérer vous retrouver de nouveau face à lui.

Dans Returnal, la mort n’est pas une fatalité, mais elle peut venir rapidement à bout de vos nerfs… Vous ne voulez pas mourir !

C’est là que toute la frustration apparaît. Certains joueurs peuvent avoir la patience, le talent nécessaire pour recommencer en boucle et s’améliorer. La courbe de progression au départ est satisfaisante, au moins on ne meurt pas dès le premier ennemi, on est capable d’apprécier la découverte et l’exploration. Mais au bout d’un moment, beaucoup vont lâcher prise et la manette. Ce n’est pas forcément énervant, mais ça devient lassant. Surtout qu’il n’y a aucun système de sauvegarde, donc impossible de faire pause durant un cycle, si une mise à jour du jeu est disponible, une coupure de courant, ou tout simplement que vous ou un membre de votre foyer veut jouer à autre chose, vous repartirez votre cycle à zéro.

Alors que beaucoup de jeux se veulent le plus accessible possible pour toucher un maximum de joueurs, même ceux ayant un handicap, il est dommage de voir certains faire le choix de se fermer à un seul public de joueur, sans avoir à modifier le mode normal, un mode facile/histoire permettrait à beaucoup de tenter l’aventure et découvrir le lore de ces jeux, et peut-être essayer aussi le mode normal pour s’améliorer…

Au moins, vous aurez quand même le temps d’apprécier la faune, et la flore du premier niveau qui nous offre une véritable expérience “next gen”. C’est sombre, mais avec de la bioluminescence absolument magnifique, des particules de lumière qui nous en mettent plein la vue, et des effets sonores 3D incroyables. Et la DualSense est enfin mise à profit ! Les pulsations des vibrations nous immergent complètement dans le jeu, le ressenti de la pluie qui tombe, la sensation de résistance des gâchettes avec les des différentes armes lorsque nous tirons est saisissante. On vit cette aventure. Seule ombre technique au tableau, des textures parfois qui auraient mérité plus de détail, et notre héroïne aurait pu être un peu plus souple lors des cinématiques, on sent une certaine rigidité cassant un peu le réalisme.

Returnal : Mon Avis

Returnal est une expérience de jeu qu’on ne peut vivre que sur PlayStation 5 grâce à la puissance de la console, mais surtout grâce à sa DualSense qui est pleinement utilisée. Il peut se montrer satisfaisant pour certains, voire gratifiant, mais il peut aussi vous démotiver et vous frustrer. C’est dommage pour un jeu à plein prix (avec un tarif même plus élevé pour les exclusivités PS5) si vous n’abandonnez pas dès le premier niveau… Espérons au moins un système de sauvegarde qui viendra aider à donner envie de progresser sans avoir peur de tout perdre.

ATTENTION PARENTS !!!

Returnal n’est pas un jeu à mettre entre toutes les mains, il peut facilement impressionner et faire peur aux plus jeunes. C’est un jeu angoissant, parfois limite horreur (notre maison qui fait penser à celle de la démo P.T. Silent Hills), et comme mentionné, il peut mettre à rude épreuve les nerfs des joueurs, donc à éviter si votre enfant risque de balancer sa manette contre la TV (ou sur son frère/sœur).

Concernant la durée de vie du jeu, nous ne pouvons nous exprimer, Returnal nous a découragé d’aller plus loin que le premier boss, surtout après des mises à jour qui sont venues nous obliger de tout reprendre (ou de désactiver les mises à jour automatique pour TOUS les jeux…). Nous reviendrons sur le test du jeu si les développeurs s’ouvrent et finissent par inclure un système de sauvegarde au minimum, pour l’instant le seul geste fait pour aider les joueurs a été de retirer la possibilité de se reposer à plusieurs reprises dans notre vaisseau et reprendre toute notre énergie durant un cycle…

Les derniers tests de Vanou :

Vanou à quoi tu joues ? #3 Liberated: Enhanced Edition
Vanou à quoi tu joues ? #2 – Tanuki Justice
Vanou à quoi tu joues ? #1 – The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV

Vanou à quoi tu joues ? #4 -Returnal

Nom du jeu: Returnal

Description: Returnal est un jeu vidéo développé par le studio finlandais Housemarque et édité par Sony Interactive Entertainment. Disponible exclusivement sur PlayStation 5.

[ More ]

Note
6/10
6/10

En résumé

Returnal est une expérience de jeu qu’on ne peut vivre que sur PlayStation 5 grâce à la puissance de la console, mais surtout grâce à sa DualSense qui est pleinement utilisée. Il peut se montrer satisfaisant pour certains, voire gratifiant, mais il peut aussi vous démotiver et vous frustrer. C’est dommage pour un jeu à plein prix (avec un tarif même plus élevé pour les exclusivités PS5) si vous n’abandonnez pas dès le premier niveau… Espérons au moins un système de sauvegarde qui viendra aider à donner envie de progresser sans avoir peur de tout perdre.

J'aime

  • L’ambiance
  • L’utilisation de la DualSense
  • Les effets de lumière
  • Un gameplay assez simple et intuitif

Je n'aime pas

  • Aucun système de sauvegarde
  • Devoir tout se retaper à chaque mort
  • Quelques bugs de collision

Vanou

Jérôme, aka Vanou ou Vanouchou, bercé par les jeux vidéo dès la plus tendre enfance avec la msx-2, Atari 2600, et toutes les consoles populaires qui ont suivi, et encore passionné de retrogaming. J’aime tous les jeux peu importe la plateforme. Et surtout grand fan de la franchise Assassin’s creed. J’adore également l’univers de Star Wars que ce soit films, ou les excellentes séries. J’ai élu domicile parmi le sirop d’érable et les caribous à Québec depuis une dizaine d’année.

Vous aimerez aussi...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.