Daddy, à quoi tu joues ? #113 – Medievil

Medievil… Ce jeu veut tant dire pour moi qui étais un farouche opposant à l’arrivée de la première PlayStation. Oui, souvenez-vous de la pub lors de la sortie de la console. Ça y est ? Le comité anti-PlayStation… Eh bien moi, fervent supporter de SEGA, je voyais d’un mauvais œil l’arrivée de cette console sur le marché. Et l’avenir m’a donné raison.

Mais qu’importe, il m’a bien fallu acheter cette console lorsque le premier jeu de basket en 3D est arrivé sur le marché : Total NBA 96 ! Mais, ma télé étant SECAM (les enfants allez voir sur Wikipedia ce que cela signifie) et la PS étant PAL, j’ai joué plus d’un an en noir et blanc avant de découvrir que les câbles RGB existaient…

Mais quel est le rapport avec Medievil me direz-vous ? J’y viens…
C’est avec mon passage à la couleur qu’est sortie la première aventure de Sir Fortesque.

Medievil : la mort vous va si bien

Medievil est un hack n’slash, un jeu d’aventure dans lequel on pourfend des morts-vivants, monstres, gargouilles, loups-garous et autres joyeusetés avec un panels d’armes à débloquer au fur et à mesure de l’histoire. On gagne donc des épées et des boucliers plus puissants et résistants, mais aussi un arc, un marteau, etc. De quoi faire de gros dégâts…

C’était il y a un siècle de cela, le méchant sorcier Zarok, qui haïssait les habitant de Gallowmere à cause de leurs vies calmes et paisibles, décida de conquérir le royaume. Sir Daniel Fortesque, champion du roi, partit à la tête d’une armée combattre les hordes ennemies et mourut héroïquement en repoussant les envahisseurs.

Mais… En fait non. Sir Daniel Fortesque est mort tout bêtement au début de l’assaut, terrassé par une flèche ennemie. Il fut enterré en brave, mais ne put entrer au Hall des Héros.

C’est donc cent ans plus tard que notre aventure commence, alors que Zarok revient conquérir Gallowmere en réveillant les morts… dont notre malheureux chevalier qui aura à cœur de devenir ce héros qu’il devait être.

Medievil : un univers très Burtonesque

Les fans de Tim Burton ne seront pas dépaysés. En effet, Medievil reprend à son compte une ambiance et un humour que l’on voit habituellement dans les films du réalisateur de Sleepy Hollow, Beetlejuice ou Edward aux mains d’argent. On est immédiatement plongé dans une histoire d’horreur loufoque à l’humour décalé.

Il faut dire que l’extraordinaire bande-son y est pour quelque chose, puisqu’elle nous plonge dans cet univers peuplé de monstres et fantômes sans que l’on ait besoin d’ouvrir les yeux. Elle est en parfaite adéquation avec le thème du jeu et colle à l’action comme du slime sur le derrière d’un Ghostbuster

Graphiquement, Medievil n’est pas en reste. La différence avec l’original de 1998 est flagrante. En effet, les développeurs de Other Ocean Interactive ont repris le jeu de la première PlayStation en le mettant aux goûts du jour avec de belles textures, des effets de lumière saisissants, des décors en 3D et des animations à couper le souffle. On est bien loin du jeu que l’on a connu il y a 20 ans !

Les créateurs du jeu ont également voulu coller parfaitement avec le Medievil original. De ce fait, on se retrouve avec un copier / coller des niveaux, des emplacements de bonus et des ennemis. Mais est-ce vraiment une bonne idée ?
Quitte à faire un remaster d’un jeu, autant en gommer les défauts et l’améliorer. Non ?
Malheureusement, ce n’est pas le choix qui a été fait et ce que l’on pouvait reprocher à Sir Daniel Fortesque sur PS1 est encore d’actualité sur PS4.

En effet, notre squelette en armure est toujours aussi fâché avec les plateformes et la caméra n’arrange rien à la chose. L’absence d’un tuto est toujours aussi dommageable, puisqu’on découvre certaines actions possibles que par hasard ou lorsque le jeu daigne nous les indiquer.
Le gameplay est donc la copie conforme de celui de l’époque, mais ses approximations font tâche sur la génération de consoles actuelles. Cela génère une grande frustration et, bien que Medievil se termine en 5 ou 6 heures, j’ai dû faire une grande pause, car un scrogneugneu de boss me cassait les pieds… Et puis quand on meurt, on a tout le niveau à refaire. Une petite sauvegarde intermédiaire aurait été appréciable pour les joueurs les moins téméraires.
De plus, de nombreux bugs viennent de temps en temps bloquer notre progression, notamment des ennemis qui se bloquent dans les décors ou des énigmes qui auraient mérité d’être retravaillées pour cette remasterisation.

Medievil : mon avis

Que c’est bon de retrouver Sir Daniel Fortesque sur ma PS4 ! Le travail effectué sur les graphismes est superbe et rend parfaitement hommage à ce jeu devenu un grand classique de la PlayStation. Mais qu’il est dommage que le gameplay n’ait pas été retravaillé pour être amélioré. En effet, c’est vraiment le gros point noir de cette refonte qui aurait bien mérité une actualisation.

Quoi qu’il en soit, Medievil est un bon jeu qui a été plaisant à refaire et il devrait ravir bon nombre de joueurs chevronnés comme novices. Il est, comme de nombreux titres PlayStation, un incontournable à faire absolument.

ATTENTION PARENTS !!!!!!!!!

Medievil n’est pas si horrifique que cela, mais il peut-être impressionnant pour les plus jeunes. Je vous recommande de ne pas le mettre entre les mains d’enfants qui pourraient être impressionnés par les monstres et faire des cauchemars. La musique, bien qu’envoûtante, peut également être source de stress pour les plus sensibles aux peurs des fantômes.

Daddy, à quoi tu joues ? #113 - Medievil

Nom du jeu: Medievil

Description: Medievil est un Hack 'n' slash dans lequel on joue un chevalier revenu d'entre les morts afin de mettre fin aux agissement d'un terrible sorcier et d'entrer enfin dans le Hall des Héros.

Note
7.5/10
7.5/10

En résumé

C’est un vrai plaisir de retrouver Sir Daniel Fortesque dans sa quête de rédemption. Les développeurs ont fait un énorme travail pour l’aspect visuel de Medievil, ce qui le met en valeur sur nos PS4. En revanche, ils ont conservé le gameplay de 1998, ce qui est le plus frustrant. Malgré tout, les plus nostalgiques, comme les nouveaux joueurs, seront ravis de cette remasterisation qui rend hommage à l’un des plus grands classiques de la PS1.

J'aime

  • Le plaisir de retrouver ce grand classique
  • Des graphismes aux goûts du jour
  • Une ambiance parfaite
  • La bande-son superbe
  • Une très bonne VF

Je n'aime pas

  • Les défauts de l’original conservés
  • Pas de tuto
  • Un peu trop de bugs
  • Le gameplay de 1998
  • La caméra souvent casse pieds

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 12, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père et ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

2 Comments

  1. badgecricri 4 novembre 2019

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.