Daddy, à quoi tu joues ? #128 – Marvel’s Spider-Man: Miles Morales

J’avais beaucoup aimé Marvel’s Spider-Man. Jouer l’araignée sympa du quartier en se balançant entre les buildings de Manhattan est toujours un plaisir. Mais le studio de développement Insomniac Games a t’il su suffisamment tisser sa toile dans Marvel’s Spider-Man: Miles Morales ?

C’est ce que nous allons voir ensemble.

L’araignée sympa du quartier

L’histoire de Marvel’s Spider-Man: Miles Morales se déroule peu de temps après les événements de Marvel’s Spider-Man. Peter Parker suit Mary Jane, dont il est le photographe, envoyée par le Daily Bugle pour un reportage en Europe. Il laisse donc la protection de Manhattan à Miles Morales.

Si vous êtes habitués aux Comics ou aux dessins animés de l’homme araignée, vous aurez déjà découvert Miles dans de nombreuses bandes dessinées et bien sûr dans Spider-Man: New Generations au cinéma. Il était également présent dans Marvel’s Spider-Man comme personnage secondaire.

Miles Morales est métis, son père était un policier afro-américain et sa mère est d’origine latine, elle est candidate au poste de conseillère municipale de New-York afin de représenter son quartier, Harlem.

Mais évidemment, rien ne va se passer tranquillement. Roxxon, une entreprise voulant faire main basse sur le monde via une énergie révolutionnaire, et un groupuscule équipé d’armes technologiquement avancées nommé Underground sèment le chaos dans la Big Apple. Miles, aidé par son ami geek Ganke, aura pour charge de remettre de l’ordre dans tout ce bazar…

Marvel’s Spider-Man: Miles Morales – Un DLC de luxe ?

Marvel’s Spider-Man: Miles Morales n’est pas un “Spider-Man 2“, il s’agit d’un stand alone qui met en scène un autre héros que Peter Parker.

Nous sommes plongés, dès le début du jeu, dans une super production hollywoodienne. En effet, la mise en scène est dynamique et certaines séquences en mettent plein la vue. Mais contrairement au cinéma, ici nous sommes au cœur de l’action.

Que l’on ait la manette en main ou que l’on admire l’une des superbes cinématiques, nous sommes plongés dans une aventure palpitante dont on a du mal à se sortir. De plus, l’alternance entre les phases de gameplay et les cinématiques se fait dans une fluidité impressionnante, sans transitions, ce qui améliore incontestablement l’immersion dans cette aventure passionnante.

Malheureusement, une grande impression de déjà vu se fait sentir. En effet, Marvel’s Spider-Man: Miles Morales dispose des mêmes bases que son aîné. Alors oui, New-York est parée de sa skin de Noël, avec la neige et les décorations qui vont bien, Miles dispose également de pouvoirs supplémentaires par rapport à Peter Parker, mais dans l’ensemble les missions sont très semblables à celles de Marvel’s Spider-Man.

Outre l’histoire principale et quelques missions secondaires plutôt bien scénarisées, on retrouve les sempiternels braquages, trafics d’armes et autres courses poursuites qui nous détournent régulièrement de nos objectifs pour des combats somme toute assez peu passionnants et donnent une sensation de remplissage parfois inutile.

Il faut environ une dizaine d’heures pour venir à bout de l’histoire principale en y allant tranquille, la durée de vie double si on veut atteindre le Trophée de Platine puisqu’il faudra à nouveau finir le jeu en New Game +. La recherche de collectibles et l’obtention des médailles pour l’accomplissement des défis sont donc là pour gonfler la durée de vie. Mais heureusement, cela apporte malgré tout quelques avantages, puisque c’est en cherchant à glaner le maximum de Trophées que l’on arrivera à débloquer toutes les nouvelles compétences de Miles basées sur ses pouvoirs bioélectriques, mais aussi tous ses costumes.

Marvel’s Spider-Man: Miles Morales – PS 4 ou PS5 ?

J’ai fait Marvel’s Spider-Man: Miles Morales sur PlayStation 5 où il nous est proposé deux modes, à savoir “Graphismes” et “Performances“. Le premier permet de jouer en 4K avec les effets de Ray-Tracing activés, en revanche on y est bridé à 30 images par secondes. Le second, quant à lui, permet de jouer à une résolution proche de la 4K, sans Ray-Tracing, mais avec un affichage à 60 fps. A vous de choisir ce que vous préférez. Personnellement, j’ai opté pour le mode “Graphismes” et je ne trouve pas que la fluidité du jeu en ait souffert.

En ce qui concerne les sensations offertes par la manette DualSense, dont je vous ai parlé dans mon test de la PS5, elles sont réduites à leur plus simple utilité. Les vibrations haptiques et les gâchettes adaptives sont utilisées, mais je n’ai rien ressenti d’extraordinaire qui aurait pu m’extasier.

Du côté de la PS4, on retrouve les graphismes de Marvel’s Spider-Man, qui date déjà de 2018. Préférez y jouer si possible sur PS4 Pro afin de pouvoir activer le HDR si votre téléviseur est compatible. Le jeu y est très propre et fluide, le plaisir de jouer est là… Pas besoin de vous précipiter sur une PlayStation 5 pour faire Marvel’s Spider-Man: Miles Morales.

Mon avis sur Marvel’s Spider-Man: Miles Morales

J’ai retrouvé avec grand plaisir Manhattan et Spider-Man. La jouabilité est toujours aussi plaisante, même si elle a conservé ses défauts. Graphiquement nous ne sommes pas encore dans ce que peut réellement proposer la PS5, hormis pour les temps de chargement quasi inexistants et la possibilité de jouer à 60 fps constants.

Je regrette le fait que nous ayons affaire à un DLC de luxe payé au prix fort. Un tarif de 30, voire 40 €, aurait été plus adapté à la durée de vie et au contenu de Marvel’s Spider-Man: Miles Morales.

Malgré tout, le scénario passionnant, sa mise en scène punchie et sa jouabilité très accessible font que j’ai vraiment apprécié Marvel’s Spider-Man: Miles Morales et que je vais même me payer le luxe de me refaire une nouvelle partie rien que pour le plaisir… Honneur que très très peu de jeux ont eu de ma part.

ATTENTION PARENTS !!!!!

Je n’ai pas vraiment d’avertissements à donner concernant Marvel’s Spider-Man: Miles Morales. Comme il s’agit d’un super héros de Disney, vous n’y trouverez pas de vulgarité ni de violence exacerbée. Il est donc accessible à toutes les tranches d’âges, à condition que l’enfant ait déjà l’habitude de jouer et que ses sessions de jeu ne soient pas trop longues… Les devoirs d’abord jeune araignée !

Daddy, à quoi tu joues ? #128 – Marvel's Spider-Man: Miles Morales

Nom du jeu: Marvel's Spider-Man: Miles Morales

Description: Manhattan est une nouvelle fois en danger, mais ce n'est pas Peter Paker qui va la sauver. Place à un nouveau héros et à de nouveaux pouvoirs !

Note
8/10
8/10

En résumé

Marvel’s Spider-Man: Miles Morales Reprend les bonnes base de son prédécesseur en y ajoutant de nouveaux pouvoirs. Son scénario est bien ficelé, l’action y est permanente et on y prend beaucoup de plaisir de bout en bout. Je regrette juste son prix un peu élevé pour un DLC de luxe.

J'aime

  • Un scénario plutôt sympa
  • De l’action à revendre
  • Les nouveaux pouvoirs de Miles
  • Le retour de Donald Reignoux pour la voix de Peter Parker
  • La Difficulté équilibrée
  • La durée de vie de 10 à 20 heures

Je n'aime pas

  • C’est un DLC de Luxe
  • Prix trop élevé pour un DLC
  • Où sont les Supers-Vilains ?
  • Et où sont les boss ? 

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 12, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père et ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.