Daddy, à quoi tu joues ? #125 – NBA 2K21

Je crois que je n’ai pas besoin de revenir dessus, je suis fan de NBA et donc forcément de la licence NBA 2K. Il est donc fort logique que je vous propose mon avis sur le dernier, NBA 2K21, sur Xbox One – PS4 – PC. Comme le jeu sortira également sur Xbox Series X et PlayStation 5, je vous ferais un comparatif en novembre, après la mise sur le marché de ces nouvelles consoles.

Paré à retrouver l’ensemble des licences officielles, avec les 30 franchises de la ligue, les équipes All-Time, la WNBA et deux nouveaux effectifs avec les Team USA des Jeux Olympiques 2012 et 2016. Plusieurs équipes de légende sont également présentes, dont les champions en titre, les Raptors de 2019-2020, les Lakers de 2009-2010 avec Kobe, le Jazz de 2008-2009, les Suns de 92-93, les Pacers 2004-2005 et les Warriors de 2016-2017.

Allez, c’est parti !

NBA 2K21 : le mode MonJoueur et MaCarrière

Comme chaque année, j’ai jeté mon dévolu sur le mode MaCarrière. En effet, je ne joue qu’exclusivement à cette partie du jeu, car elle est pour moi la plus proche de ce que pourrait être la vie d’un basketteur professionnel.

On commence par se créer un joueur. Pour cela, on dispose de deux outils : soit le scan de visage via l’application compagnon pour smartphone à télécharger sur l’Apple App Store ou sur le Play Store de Google, soit via un système de création intégré au jeu.

Dans les deux cas il est assez compliqué d’obtenir un personnage qui nous ressemble vraiment, le scan offrant quelque chose qui a un air de famille, alors qu’il faudra se contenter des options proposées par le créateur de joueur.

On peut choisir la taille, l’envergure et le poids de notre joueur, mais il faudra savoir utiliser le système impérial, car les développeurs n’ont pas jugé utile d’intégrer le système métrique pour nous les gens normaux. On détermine également ses différentes compétences par secteur de jeu que l’on pourra également faire progresser tout au long de notre carrière.

Enfin bref, une fois notre basketteur créé, il est temps de l’envoyer se mesurer aux autres. On attaque donc par “Le Prélude“, un mini scénario qui lance la carrière de notre joueur. Cette année, The Long Shadow (c’est le titre de l’histoire), nous fait jouer au lycée, puis en NCAA avant de tenter notre chance lors de la Draft pour espérer être choisi par une équipe NBA.

Notre joueur, nommé Junior, est le fils d’une ancienne gloire universitaire jouée par Jesse Williams, que vous avez vu dans Grey’s Anatomy, mais surtout dans Detroit: Become Human. Le scénario, très basique et limite ennuyeux ne restera pas dans les mémoires, mais je retiens malgré tout la possibilité de choisir notre agent pour notre entrée en NBA.

Deux choix s’offrent à nous. Le premier est un ancien ami de notre père qui nous a pris sous son aile et qui peut nous apporter plus de fans acquis au Park, de gagner un peu plus de VC (la monnaie virtuelle du jeu) par contrats, même si ces derniers sont moins nombreux, et une plus grande confiance de nos coéquipiers. le second est une puissante agence qui apportera un grand nombre de fans en NBA, des contrats plus nombreux, mais moins rémunérateurs et plus de marques prestigieuses chez qui signer.

Une fois en NBA, exit le scénario et c’est à nous de devenir starter, All Star, puis une légende en entrant au Hall of Fame.

Le Park

Après le quartier où différentes boutiques entouraient quelques playgrounds, nous avons désormais droit à 2K Beach. Mais malgré le décor plus estival, on retrouve exactement la même chose, les même boutiques, mêmes salles REC, etc.

Le mode MonEquipe

Un des modes les plus populaires est celui auquel je ne joue pas. En effet, à l’instar de FIFA Ultimate Team, MonEquipe permet de collectionner des cartes de joueurs et de les faire jouer sous le même maillot. Mais, d’un point de vue très personnel, si c’est pour jouer avec des cartes, je préfère encore me plonger dans Pokémon GO.

Malgré tout, les habitués de ce mode de jeu seront ravis de découvrir que la fusion de cartes en double que l’on avait dans MyNBA 2K20 sur mobile est désormais disponible et on peut même les échanger contre des joueurs mieux cotés.

NBA 2K21 : et le reste ?

Bah pour le reste, Take-Two nous propose du très classique, puisque le mode MonGM est une copie conforme à la version 2K20, poussant le vice à garder les défauts, tout comme MaLigue ou les différents modes de saison…

Idem du côté des graphismes, pas de grands changements, et la musique me fait toujours autant saigner les oreilles, je la coupe donc sans autre forme de procès.

C’est surtout au niveau du gameplay qu’il y a eu du changement, mais pas en bien. En effet, le système de shoot était le même depuis des années et convenait parfaitement. Mais il faudra désormais se contenter d’une barre avec un indicateur pour savoir quand relâcher le bouton. Ce n’est absolument pas lisible, voire même incompréhensible car parfois on a l’impression d’avoir réussi notre shoot, mais celui-ci rebondit malgré tout sur l’arceau… Pour palier ce système à la noix, j’ai créé un grand joueur massif qui vient écraser le ballon dans le cercle dès qu’il le reçoit dans la peinture. Là, au moins, c’est simple et efficace.

Et, comme chaque année, il faudra sortir régulièrement la carte bancaire pour avoir le sentiment que notre basketteur évolue. En effet, les très ennuyeux entrainements ne rapportent quasiment aucune compétence au fil de notre carrière et seul le gain de VC permet d’améliorer les capacités de notre avatar. Mais, alors qu’un joueur NBA gagne des millions chaque saison, nous ne gagnerons qu’environ un millier de VC par match, sachant qu’il en faut environ 200 000 pour avoir un joueur assez intéressant, je vous laisse faire le calcul par vous même. Sinon, il y a l’option passage à la caisse avec ses prix ahurissants.

NBA 2K21 : mon avis

Autant vous le dire de suite, NBA 2K21 est un foutage de gueule monumental ! Le jeu est quasiment identique à NBA 2K20, hormis quelques ajouts, notamment cette insupportable nouvelle jauge de tir.

Il y a également quelque chose qui m’insupporte : l’impossibilité de reprendre ma partie après avoir éteint ma Xbox One. En effet, cette console permet de relancer votre jeu là où vous en étiez, même après avoir mis la machine en mode repos. Et bien sachez qu’avec NBA 2K21, la connexion permanente obligatoire se coupera et vous serez obligé de relancer le jeu. Il est donc impossible de débuter un match et de le finir plus tard sans laisser la console allumée.

J’attends désormais de tester la version Xbox Series X / PlayStation 5 pour garder foi en la licence. Car il est clair que pour 80 € le jeu new-gen, voire même plus pour l’édition Mamba Forever, il faudra beaucoup plus que mon amour du basket pour me refaire passer à la caisse…

Daddy, à quoi tu joues ? #125 - NBA 2K21
6/10
6/10

En résumé

NBA 2K21 est en quelque sorte une mise à jour de l’édition 2K20. Malheureusement, le nouveau système de shoot vient gâcher le plaisir de jouer, surtout qu’une nouvelle fois il faudra passer à la caisse pour faire évoluer plus rapidement son joueur…

J'aime

  • Toujours aussi réaliste
  • Il n’y a pas plus complet
  • Le quartier devenu la plage est assez sympa
  • Différents modes de jeux pour que chacun y trouve son compte

Je n'aime pas

  • Un nouveau système de shoot horrible
  • Le scénario du Prélude
  • L’impossibilité de continuer une partie lors de l’extinction de la console
  • Le passage à la caisse quasi obligatoire
  • Le matchmaking en ligne
  • Les temps de chargements
  • Un quasi copié collé de NBA 2K20

Daddy Gamer Chief

Papa de trois petites demoiselles - 12, 6 et 2 ans - ainsi que d'un petit garçon de 4 ans, j'arrive tout de même à concilier mon travail, mon rôle de père et ma passion pour le jeu vidéo. De ce fait, j'ai créé ce blog afin de partager avec vous tous mes passions, mais aussi mes expériences vidéo-ludiques avec mes enfants. Ce blog n'a pas vocation à remplacer les grands sites mais bien de faire partager avec le plus grand nombre ce qu'est la vie de papa gamer avec quatre enfants.

Vous aimerez aussi...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.